Giulia Foïs – Je suis une sur deux

Si l’IEP commence à s’ouvrir doucement aux étudiant.e.s, les associations ne chôment pas ! En ce mois de février, Mauvais Genre – l’association féministe de Sciences Po Aix – nous propose un mois autour du thème de la sexualité, avec au programme des débats et une conférence de la journaliste et féministe Giulia Foïs. Ainsi, cette dernière est intervenue sur Zoom pour une discussion autour de son livre autobiographique Je suis une sur deux dans lequel elle parle de son viol, de sa reconstruction mais surtout de comment son histoire, si personnelle, est finalement universelle.

Guilia Foïs, avant d’être autrice, est surtout une journaliste engagée sur les questions féministes et en particulier la question des violences sexuelles à l’encontre des femmes. Après la vague #MeToo, elle révèle avoir été agressée par un rédacteur d’une grande chaîne de radio. Puis, en mars 2020, elle publie son livre autobiographique Je suis une sur deux, sur le viol qu’elle a vécu 20 ans avant. Aujourd’hui, elle anime notamment l’émission Pas son genre, sur France Inter, où elle décrypte la société post-#Metoo.

Pour écouter ses chroniques : https://www.franceinter.fr/emissions/la-chronique-decalee-de-giulia-fois

Ainsi, la conférence, qui a réuni près de 80 personnes, commence avec une série de questions posées par le bureau de Mauvais Genre. Au fil des questions, Giulia Foïs se livre sur les raisons de l’écriture de ce livre, notamment pour se réapproprier ses mots et son histoire. Cette histoire de l’acquittement de son violeur, après avoir porté plainte et suivi la procédure, la mène à essayer de comprendre comment le viol peut arriver mais aussi comment elle peut transformer sa colère pour comprendre l’histoire collective qui se joue derrière ces mécanismes. C’est aussi, dit-elle, une manière d’utiliser l’unique levier de la parole pour faire en sorte que les institutions changent, car une parole en libère souvent une dizaine d’autres.

Si vous étiez Ministre de la Justice, quelles seraient les premières mesures à mettre en place ?

Cette question du Bureau de Mauvais Genre semble prendre un écho particulier pour la journaliste. Ainsi, Giulia Foïs rappelle que ce ne sont non pas de nouvelles lois mais surtout des moyens financiers qui sont nécessaires pour prévenir des violences faites aux femmes. Elle insiste sur le manque de formation de l’ensemble des professionnels, des juges, des avocats, des policiers ou encore des médecins, qui ne savent pas écouter la parole de la victime, ne comprennent pas la mémoire traumatique ni ne décèlent les séquelles physiques qu’un viol laisse sur le corps. De plus, elle souligne le besoin des campagnes de prévention à grande échelle sur les violences sexuelles et sexistes. Enfin, elle espère que dans les prochaines années un véritable enseignement dédié à la sexualité, au genre et au sexisme pourra se mettre en place dans l’ensemble des écoles pour prévenir de ces violences, car l’apprentissage au respect et au consentement devrait devenir le pilier de l’éducation de demain.

Finalement, la conférence qui a eu lieu le 11 février précède les propos d’Audrey Pulvar sur France Inter, 3 jours plus tard. Je souligne ici cette actualité car ces paroles font écho à ce besoin de véritable action, dont Giulia Foïs parlait, et non celui de la « libération de la parole ». La radio avait invité Audrey Pulvar à s’exprimer sur les accusations de pédocriminalité à l’encontre de son père, Marc Pulvar, qui ont surgi dans la presse. Au cours de cet entretien, elle rappelle l’importance d’écouter et de croire les victimes qui ont décidé de parler.

J’entends beaucoup le mot de libération de la parole. Sachez que ça libère pas grand-monde, on ne repart pas joyeux et léger

À écoute sur France Inter : https://www.franceinter.fr/emissions/l-invite-de-7h50/l-invite-de-7h50-15-fevrier-2021

Les victimes parlent de plus en plus, mais maintenant c’est à la société de les écouter, d’agir et de mener des actions pour que cela ne se reproduise plus.

Aurélie Bilger

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s