La Semaine du Handicap: « L’IEP d’Aix accuse un certain retard »

Une Semaine du Handicap paralysée ! D’ordinaire, elle devait se dérouler en lieu et place de la Semaine de l’Environnement. Confinement oblige, l’événement a dû être annulé mais le combat pour l’inclusion des personnes handicapées se poursuit. L’occasion de revenir sur les projets de l’association Handikapp et de dresser un constat sur la situation de ces personnes dans l’IEP.

Crédits: Handikapp

Du 6 au 10 avril 2020, le handicap sous toutes ses formes aurait été mis à l’honneur grâce à une semaine dédiée. Dès le lundi, un ensemble de décorations aurait égayé l’IEP « pavoisé aux couleurs du handicap » pour reprendre les mots du Président de l’association Handikapp Cyprien Jeanjean. Étaient prévus des conférences, des interventions de sensibilisation, une projection cinématographique, des débats, un goûter, … . Un programme copieux organisé par la jeune association de lutte pour l’inclusion des handicapés.

Cela devait être la toute première semaine dédiée à cette thématique clôturant par ailleurs la seconde année d’existence de l’association. L’ambition affichée pour cette semaine reflète les objectifs recherchés par Handikapp. En effet, elle devait être le moment de « mettre la question du handicap sur le devant de la scène, sensibiliser sur le sujet, promouvoir les droits et le soutien des étudiants de l’IEP en situation de handicap et permettre à l’école de devenir plus inclusive et responsable« . Seulement, la crise sanitaire du Covid-19 a contraint l’association a annuler cet événement au combien important pour son Président. Toutefois, cela ne doit pas invisibiliser les enjeux autour du handicap. Une question particulièrement d’actualité quant aux sorts des personnes vulnérables pendant la période de confinement.

Que fait l’IEP en terme d’accessibilité pour les personnes handicapées ?

« C’est précisément parce qu’il y a peu d’étudiants en situation de handicap à l’IEP qu’il est important de mettre cette question sur le devant de la scène » précise Cyprien. Et au président d’Handikapp de dresser le constat sur la prise en charge des personnes handicapées au sein de l’IEP. Ainsi, à l’origine de l’association se trouve un étudiant en situation de handicap consterné par le manque de considération et d’accessibilité de la part de l’établissement pour les personnes handicapées. En ce sens, selon Cyprien « l’IEP d’Aix accuse un certain retard » contrairement à d’autres établissements favorisant l’accès aux études supérieures pour les personnes atteintes d’une forme de déficience mentale, physique ou cognitive.

Les structures actuelles de l’établissement ne sont pas adaptées à tous. Si pour les étudiants en situation de handicap mental il n’existe pas de problèmes majeurs, ceux en situation de handicap physique souffrent de structures insuffisantes. Force est de constater l’absence de dispositifs pour monter aux étages supérieurs sur le site de Saporta ainsi que l’accès en haut de l’amphithéâtre Bruno Etienne. Aussi, l’intégration de ces personnes est insuffisante : elle se résume à l’association et une référente à la Mission Handicap « déjà débordée« .

Tiers-temps, ascenseurs, cours en braille, … : vers quelles solutions ?

A tout problème, sa solution ! C’est en tout cas le credo d’Handikapp. Loin de vouloir être une référence en matière d’expertise, l’association cherche à « accorder son attention au traitement de la question du handicap à l’IEP, y réfléchir, pointer les dysfonctionnements et suggérer des améliorations et collaborer dans cette tâche avec l’administration« .

Parmi les améliorations suggérées, se trouvent les modalités du concours d’entrée manquant d’une meilleure considération envers l’ensemble des personnes handicapées. Dans ces conditions, « le tiers-temps est la recette un peu fourre-tout » pour Cyprien alors qu’il souligne le cas des personnes épileptiques pour lesquelles les crises peuvent durer des heures. Ensuite, des logiciels facilitant le suivi des cours est à l’étude par l’administration quand Handikapp propose la mise en place des cours en braille avec un personnel enseignant formé à les prodiguer. L’association propose aussi des améliorations dans les structures physiques. Si des ascenseurs seront probablement positionnés dans l’aile actuellement en travaux dans l’IEP, la configuration des portes d’entrée de l’établissement serait à repenser. En ce qui concerne l’intégration des personnes handicapées, l’association fait preuve d’ingéniosité. En outre, elle propose de mettre à disposition de ces étudiants une permanence d’écoute afin de subvenir à leurs besoins spécifiques et répondre à leurs questions.

Enfin, Cyprien se veut optimiste sur l’évolution de la situation des personnes handicapées dans l’IEP: « les choses vont aller dans le bon sens« . Même si la Semaine du Handicap n’a pas pu être organiseé, ce ne sera que « partie remise ». Tâche au prochain bureau, porté par le fondateur de l’association qui sera en quatrième année, de porter à bout de bras ces enjeux encore trop invisibilisés.

Garis Gentet

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s