Buena Onda Argentina

Voyage en terre inconnue 

L’objectif de ma troisième année était simple : partir dans deux destinations complètement opposées, sortir de ma zone de confort. Après mon douillet séjour scandinave au premier semestre, j’embarque alors pour le second pour la lointaine Argentine et sa bouillonnante capitale, la mystérieuse Buenos Aires. 

Je prends mon envol en février pour six mois de stage dans le journal français de cette ville qui me fait rêver depuis de longs mois. Après un périple digne des plus grands, je débarque enfin en terre promise, chaleur accablante, l’été bat son plein et la température atteint les 40 degrés. Buenos Aires s’étale sous mes yeux, une nuée de building abracadabrants, tantôt de bric et de broc, tantôt à la pointe de la modernité. Arrivée à San Telmo, je sonne à la porte de ce qui allait être mi querida casa pour les mois à venir, idéalement située en face de la mas antigua plaza de la ciudad, la Plaza Dorrego. Je suis immédiatement sous le charme. Il n’y a pas à dire, l’Amérique latine, du moins l’Argentine en été (et pas seulement), mérite le détour. 

(Plaza Dorrego, vue de ma terrasse, feria de San Telmo)
Crédits Photos : Elhia Pascal-Heilmann 

Passé les premières frayeurs face aux taxis fous et premiers baragouinages dans mon espagnol pas du tout argentino, je tombe rapidement enamorada de Buenos Aires, de ses rues colorées, du tango incessant de la place d’en face, de la douceur des journées, de la chaleur et du franc parler des porteños (habitants de Buenos Aires). Je me fais rapidement à l’accent argentin et au lunfardo (argot, dialecte de Buenos Aires) douce mélodie à mes oreilles. 

Quoi dire pour résumer en quelques mots l’ambiance qui règne à Buenos Aires ? 

Il n’y a pas a dire, Buenos Aires est à part et ne ressemble à rien d’autre. La capitale regorge de musées, de parcs à ciel ouverts, de restaurants et cafés insolites, de feria (marché d’artisans), de bars ouverts jusqu’au bout de la nuit. De San Telmo à la Boca, en passant par Palermo et Recoleta, rien ne se ressemble, on se croirait à Paris et à Cuba. Se déplacer dans la ville peut toutefois s’avérer hardi pour les moins aventureux, mais une fois que l’on parvient à dompter le subte (métro de Buenos Aires), tout se passe comme sur des roulettes. En plus de tout ça, la ville est chargée d’histoire, traduite notamment par les abuelas de la Plaza de Mayo, collectifs de mères à l’origine, et de grands-mères de personnes disparues pendant la dictature argentine, défilant tous les jeudis sur la place située en face de la Casa Rosada, le palais présidentiel, pour réclamer justice. 

Mais Buenos Aires, ce n’est pas l’Argentine, c’est un microcosme à elle seule. 

Praia do Joatinga, Rio.
Crédits Photos : Elhia Pascal-Heilmann 

J’ai eu la chance de pouvoir voyager de nombreuses fois, malgré mes semaines de stage. Voyager en Argentine, et vivre en Argentine de manière général, ne coûte vraiment pas cher pour nous, Européens, malheureusement en raison de la crise économique et de la faible valeur du pesos. En s’organisant relativement à l’avance (ou non d’ailleurs), il est possible de trouver des avions, ou des bus pour les plus vaillants, très abordables. J’ai ainsi pu parcourir le pays, du Grand Sud de la Patagonie, au Grand Nord des chutes d’Iguaçu, en passant par les Andes et les bodegas (vignobles) de Mendoza. La diversité des paysages qu’offre l’Argentine est tout simplement incroyable, et réserve de belles surprises. J’ai également pu partir en périple sur les côtes uruguayennes, pour découvrir les plages sablonneuses, avant de partir pour Rio et le Brésil, afin de fuir le « rude » hiver argentin de juin. Bref, l’Argentine est idéalement située pour voyager et offre une bonne porte d’entrée vers l’Amérique Latine.

Le point stage

J’étais donc en stage pour six mois, de février à août 2019, en tant que journaliste stagiaire pour le journal français de Buenos Aires, Le Trait-d’Union. Je recommande à 1000% de faire une mobilité mixte à ceux qui hésitent encore. Ça ne permet certes pas de s’implanter à 100% (encore que) dans la culture locale, mais c’est le moyen de voir un maximum de choses en un an, et vivre différentes expériences. 

J’ai eu beaucoup de chance car j’ai trouvé mon stage très tôt, en août avant mon départ en 3A, via une annonce sur le groupe Facebook Inter-IEP, et j’ai ensuite été rapidement acceptée par ma maître de stage au top du top. Le Trait-d’union est un tout petit journal, mais relativement influent et très développé. Pourquoi un journal français à Buenos Aires ? Aussi étonnant que cela puisse paraître, la capitale de l’Argentine est en effet une plaque tournante de la culture française, et européenne en général, donc beaucoup de personnalités françaises s’y déplacent, et de nombreuses manifestations culturelles franco-argentines ont lieu. J’ai donc pu couvrir tous ces événements, faire pas mal d’interview d’auteurs ou autres personnalités françaises de passage à Buenos, et j’en passe. Faire un stage dans une petite structure permet (du moins dans mon cas), de faire de belles découvertes, de toucher à tout et surtout de ne pas avoir de routine ! Donc « malgré » un stage très relax, j’ai beaucoup appris, et l’expérience fut ma foi fort enrichissante. Votre stage de 3A ne sera pas le stage de votre vie, alors faites-vous plaisir !

Vous l’aurez compris, il fait bon vivre à Buenos Aires, entre les empanadas, les asado (« barbecue » argentin), le fernet et la cerveza Patagonia, il y a de quoi passer quelques doux mois dans le pays de Maradona (+1 pour la rime). 

https://www.youtube.com/watch?v=4NK34pXAjWw petit bonus, vidéo aixpart d’Hertz, pour plus d’infos si jamais 😉

Elhia Pascal-Heilmann 

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s