Interface au Pérou : tout savoir sur la mission humanitaire de 2020

Le 11 décembre, Interface a organisé une réunion d’information concernant la mission internationale prévue en 2020. En effet, depuis un moment déjà, l’association s’envole chaque été pour le Pérou. Financé par les évènements organisés tout au long de l’année (soirées, crowdfunding, vente des pulls de promo…), ce voyage est en réalité une mission humanitaire. Alors que les candidatures sont sur le point de s’ouvrir, on a cherché à en savoir un peu plus sur ce projet.

Le projet humanitaire au Pérou : temps fort de l’action d’Interface

Depuis quatre ans déjà, une quinzaine de bénévoles d’Interface part trois semaines à l’autre bout du monde afin d’apporter son aide aux populations locales. Le projet auquel ils prennent part s’inscrit dans une initiative plus large : soutenir l’association KM47. Créée en 2014 par une Française expatriée au Pérou, son objectif est de réaliser des projets à long terme, réellement utiles pour les habitants. Comme nous l’explique Pauline Moreul, vice-présidente d’Interface et coordinatrice de la mission avec Emma Monjon, « on suit cette association parce qu’elle correspond vraiment aux valeurs d’Interface ».

Ainsi, au cours des années précédentes, les bénévoles se sont envolés pour Florida Baja, un village situé à une cinquantaine de kilomètres de la ville de Puerto Maldonado. Situé à la lisière de la forêt amazonienne, ce village est confronté à de nombreuses problématiques comme le trafic, l’isolement ou encore la chaleur et l’humidité qui nuisent à l’agriculture. Mais leur action s’est étendue plus loin et les bénévoles ont aussi eu l’occasion d’agir dans la ville de Puerto Maldonado même.

En participant à un chantier solidaire, ils ont pu contribuer à la réalisation de nombreux projets afin d’aider les habitants : la construction de sanitaires, l’aménagement et la décoration d’un orphelinat, la création d’une « Casa cultural » pour proposer des activités culturelles et sportives aux enfants…

Si l’objectif est d’améliorer les conditions de vie des enfants et des habitants, il s’agit aussi de les aider à développer le tourisme local qui constitue un revenu supplémentaire non négligeable. Dans ce pays encore assez patriarcal, les bénévoles d’Interface ont contribué à la construction d’une « tienda » dans laquelle les femmes du village pourront vendre leurs produits artisanaux aux touristes. Cette mission humanitaire a donc de multiples enjeux, et surtout un impact positif et durable sur les populations locales.

Le projet de 2020 : cap vers de nouveaux horizons

L’année 2020 est une année particulière : comme l’explique Pauline, « le projet de Florida Baja s’est étendu sur plusieurs années, et l’objectif que s’est donné l’association a été en partie atteint ». Il est donc temps pour la mission d’évoluer en changeant de lieu. Ainsi, Interface partira pour Yanque, un petit village situé dans le canyon de Colca, près de la ville d’Arequipa. L’occasion d’aller à la rencontre d’une nouvelle population, et de se confronter à de nouvelles problématiques telles que l’isolement en montagne, la précarité… Les bénévoles aixois seront parmi les premiers sur place, et participeront à poser les bases du projet.

Le canyon de Colca

Comment prendre part à la mission ?

Comme vous vous en doutez, les places sont limitées. Interface est à la recherche de bénévoles sérieux, animés d’une réelle envie d’aider les autres.

« Il n’y a pas vraiment de critères de sélection, on va prendre des gens dont on connaît un certain engagement, ou un certain goût pour l’humanitaire. On est surtout à la recherche de gens motivés par le fait de vouloir aider, et pas seulement par le fait de voyager et d’aller au Pérou. »

Si tu es réellement intéressé, il te suffit d’envoyer une lettre de motivation à Quentin Terface, et ce jusqu’au 19 janvier.

Et pour ce qui est du prix, pas d’inquiétude ! Parce qu’aider les autres doit rester abordable, même lorsqu’on va au bout du monde, une majeure partie des frais pourra être défiscalisée à hauteur de 66%, ce qui permettra de réduire considérablement le coût de cette mission si spéciale.

Une expérience humaine profondément enrichissante

Dans tous les cas, cette mission humanitaire est l’occasion de vivre une expérience unique, à une échelle différente de ce que propose Interface à Sciences Po. C’est ce que nous rappelle Pauline, qui est aussi responsable du Pôle Précarité d’Interface : une maraude est une aide ponctuelle, alors que le projet au Pérou est une occasion d’aider de manière durable les habitants et d’améliorer leur quotidien. Le côté humain de cette mission est aussi essentiel, que ce soit par les liens tissés avec les populations locales, ou avec les autres bénévoles.

« Étant donné que le voyage dure trois semaines, le contact avec les habitants est très fort : on a le temps de vraiment faire connaissance, d’apprendre à découvrir une culture et un quotidien très différents des nôtres. Avec les autres membres du groupe, on vit tous ensemble, coupés du reste du monde, et très loin du cadre habituel de Sciences Po, ce qui nous permet de vraiment apprendre à tous nous connaître. »

Ainsi, cette mission apporte beaucoup à ceux qui y participent, sur le plan personnel mais aussi professionnel, pour ceux qui souhaitent travailler dans l’humanitaire plus tard. L’occasion d’être vraiment utile, de découvrir une culture nouvelle, tout en se fabriquant des souvenirs impérissables !

Maintenant que tu es au courant de ce qui t’attend, tu sais ce qu’il te reste à faire si l’expérience te tente…

Jade Mascaret

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s