« Prague Czech me out »

Après avoir été émerveillée et bien rafraîchie par la ville de Montréal, j’ai décidé de partir un peu plus à l’Est pendant ma troisième année. Et c’est ainsi que j’ai débarqué dans un énorme délire, précisément à Prague en République Tchèque.

Au delà d’être une ville musée splendide, Prague est réellement située au coeur de l’Europe. Il est vraiment peu cher de visiter l’Europe depuis Prague. Par exemple vos allers-retours Berlin-Prague ou encore Budapest- Prague vous reviennent à 30€ en bus. Pour la météo parce que OUI c’est un point important : elle est relativement satisfaisante. En février il fait un peu gris mais le soleil arrive très vite. A la fin de mon Erasmus j’ai littéralement vécu la canicule. Je dois avouer que c’est à ce moment précis que mon âme de Marseillaise a pris un coup face aux « journées plage artificielle ».

Pour le coût de la vie, c’est vraiment très abordable. 1€ est en moyenne égale à 25 couronnes tchèques (la monnaie locale). De plus si vous prenez le temps de trouver les bons bureaux de change, vous pouvez en tirer encore plus. Néanmoins, méfiez vous, Prague devient de plus en plus populaire et entre dans la dynamique des capitales européennes. Si vous voulez réellement profiter d’une vie peu chère il faut vivre à la tchèque. Evitez de faire vos courses dans les enseignes internationales (ex Marc&Spencer) et préférez Billa ( même si au premier abord vous allez avoir des doutes). Côté transports, votre abonnement vous revient à 15€ pour 3 mois en tant qu’étudiant ce qui est plutôt rentable. Clairement, le seul piège à Prague c’est la multiplication de vos dépenses parce que vous êtes beaucoup amené à voyager et à sortir.

Les sorties

Vivre à Prague, c’est aussi entrer officiellement dans la Praha Drinking Team. Pour être honnête, votre bouteille de vodka locale vous coûtera 100czk soit 4€ et votre bière vous revient à moins de 60 centimes si vous avez l’oeil. En bref, l’alcoolisme vous guette. Le lundi, on vous vendra des « Mondays like Friday », le mardi c’est plus « Mad Tuesday », le mercredi vous n’allez pas pouvoir éviter les beer pong, le jeudi c’est censé être les « grosses soirées » étudiantes du coup vous vous sentirez obligés de vous motiver, le vendredi vous laisse un peu de répit mais généralement vos potes d’Erasmus non. Côté week end, on part sur des petits voyages ou une PLS générale, à vous de voir. Dans tout les cas on ne s’ennuie pas et les tchèques ont des « bons foies ».

undefined

Se loger

Comme toute capitale, il faut faire très attention aux arnaques. Ne pas parler tchèque est handicapant seulement à ce moment là. En effet, trouver des propriétaires qui rédigent des contrats en anglais c’est précisément rentrer dans un système où le prix des appartements augmente subitement. Il est très compliqué de trouver un logement si vous ne le visitez pas. Je vous déconseille de vous engager pour des baux avant de partir. Il vaut mieux arriver une semaine ou deux avant le début des cours pour visiter. Il y a certaines agences spécialisées pour les étudiants. Cela peut être très bien comme être un cauchemar. A vous d’essayer de vous renseigner au maximum. Si vous voulez vivre dans l’hyper-centre, les loyers sont entre 350€ et 500€ en colocation ( ce qui est clairement hors de prix pour un tchèque). En dehors, vous trouverez des prix plus qu’abordables mais vous n’aurez pas tout à fait la même vie étudiante. Egalement, n’essayez pas de vous loger près de l’université. La Charles University dispose de plus de 17 départements et ils sont tous répartis dans Prague. Côté dorms, faites attention, ils sont super excentrés et pas toujours super clean. Personnellement je vivais à côté de Václavské náměstí dans une coloc à sept et c’était vraiment très bon délire.

Les cours

Pour le côté universitaire, j’étais étudiante à la Charles University dans le département de Sciences Sociales aussi appelé Univerzita Karlova. Petit fun fact, il s’agit de la plus vieille université d’Europe Centrale. Elle a été crée en 1348 mais promis les bâtiments sont flambant neufs !


En Erasmus, l’université peut vous prendre un temps conséquent comme vous laisser croire que vous êtes complètement déscolarisés. En effet, la plupart des cours vous permettent d’obtenir 6 crédits et ne durent qu’1h30. Il y a aussi ce que l’on appelle les « free credits ». Pour être brève, il s’agit de cours vraiment faciles à valider. Certains cours sont en petits groupes, ce qui est l’équivalent des groupes de TD à SPX comme d’autres dans des grands amphithéâtres. C’est réellement à vous de choisir ce que vous préférez. Qu’importe ce que vous choisirez, vous pouvez également vraiment profiter d’un très bon enseignement. Par ailleurs, étant donné que la « Charles » est la première université de République Tchèque, on vous donne de nombreuses possibilités pour suivre des séminaires avec des professeurs du programme Erasmus +. Par exemple, j’ai pu suivre un cours avec un professeur de l’université de Brighton (université anglaise). Il y a une grande mobilité des enseignants car le programme Erasmus de Prague est assez reconnu. Autre chose, vous ne rencontrerez pas beaucoup d’étudiants tchèques dans vos cours. En effet, étudier en tchèque permet aux étudiants de ne pas payer de frais universitaires. De ce fait, ils ne choisissent pas beaucoup de cours en anglais. Par ailleurs, l’université Charles est tournée vers les étudiants internationaux. Il y a un large choix de cours en anglais (près de 400 par semestre). J’ai même pu prendre un cours en français sur le système politique tchèque.

Pour conclure, en 3A, vous avez la possibilité de choisir l’ordre de votre parcours mixte. Faire un stage au premier semestre vous permet de globalement trouver plus d’opportunités de collaboration. En effet, au second semestre vous êtes en concurrence avec tous les étudiants qui cherchent un stage de fin d’étude. A mes yeux, l’avantage aussi de faire son Erasmus au second semestre c’est aussi de pouvoir faire une vraie pause avant la 4A.

Bref, j’ai adoré ma vie à Prague. J’espère que vous ressentez mon actuelle souffrance pour la 4A. Toutefois si vous avez la moindre question sur la ville pour votre année de mobilité ou juste pour voyager, n’hésitez pas à me contacter !

Heureuse d’écrire à nouveau pour Mélissa, je vous donne un dernier conseil de survie ! Retenez cette phrase : « Dám si pivo, prosim ». Promis, ce n’est pas une insulte.

Jade

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s