Le Service Civique : une alternative en or au stage de 3A

A Sciences Po Aix, la plateforme d’inscription pour la mobilité de 3e année s’est ouverte le jeudi 10 octobre. En attendant le 10 novembre 23h59 (c’est très précis), beaucoup d’entre vous hésitent sur le régime de mobilité à adopter. Que choisir entre une année en université, une année de stages, ou bien une mobilité mixte, comme Sciences Po le recommande ? La grande question est : si je choisis cette dernière option (un trimestre en université et l’autre en stage), trouverai-je vraiment ce stage ?

Mélissa a trouvé la solution à ta grande inquiétude : le Service Civique. Ici, nous nous chargerons de t’expliquer en quoi celui-ci constitue, avec en prime un retour d’expérience de Marie Buffin, partie en Service Civique en Hongrie l’année dernière.

Le Logo du Service Civique

LE SERVICE CIVIQUE : UNE ALTERNATIVE EN OR AU STAGE 

Qu’est ce que le Service Civique ? C’est un engagement volontaire au service de l’intérêt général, sous la direction de l’Etat français, ouvert à tous les jeunes de 16 à 25 ans. Il n’est possible d’effectuer qu’un seul Service Civique. Grande chance, celui-ci peut être reconnu comme un stage dans le cadre de tes études à Sciences Po ! En effet, il dure de 6 à 12 mois en France ou à l’étranger, pour une mission d’au moins 24 heures par semaine, auprès d’association, de collectivités territoriales, ou d’établissements publics. 

Le Service Civique vient à la rescousse des Sciencepistes en détresse : il est possible de trouver des offres pour dans 2 semaines, 1 mois… Tu peux forcément trouver ton bonheur, puisque le Service Civique peut se faire dans des domaines divers et variés.(tous les domaines sont indiqués dans le Guide 2A envoyé par mail par Madame Lemaire).

J’ai une bonne et une mauvaise nouvelle pour toi. On commence par la bonne ? Le Service Civique est indemnisé 573 euros net par mois par l’Etat, qu’importe la mission. La « mauvaise nouvelle », c’est que comme le Service Civique est considéré comme un stage, il faut aussi effectuer un rapport de stage après celui-ci.

Alors, cette option est une très bonne alternative au stage, n’est-ce pas ? Peu communiquée par l’IEP, Mélissa s’est chargée de te la présenter, et d’y ajouter le témoignage de Marie, partie en Service Civique en Hongrie l’année dernière, afin que tu puisses découvrir si cette option te correspond. 

COMMENT TROUVER SON SERVICE CIVIQUE ? 

Alors qu’elle était en Irlande, en université, Marie ne trouvait pas de stage dans la diplomatie ou la culture pour son deuxième semestre de mobilité. Elle a alors recherché des offres de l’Agence du Service Civique sur le site de du gouvernement, en allant sur https://www.service-civique.gouv.fr , espace « Jeunes / Volontaires », « Trouver une mission ».

Les missions sur ce site sont des offres des partenaires de l’Agence du Service Civique : tu peux y trouver des missions proposées par des collectivités territoriales, ou par des agences de recrutement de volontaires qui connectent les volontaires à l’international, comme EuroCircle. C’est avec la collectivité ou l’agence que tu passes un entretien et signe le contrat.

Le Logo de l’Agence Euro Circle

Une mission retient particulièrement l’attention de Marie : celle proposée par l’Agence EuroCircle d’enseigner le français à des plus jeunes à Pecs, une ville du sud de la Hongrie, sous la responsabilité de l’Alliance Française. Cette mission lui permet d’indirectement découvrir le fonctionnement de cette organisation française, dont l’objectif est de faire rayonner la langue française et la culture française à l’extérieur de la France. Ainsi, cela correspond à son envie de stage initial, dans la culture.

L’Alliance Française à Pecs, Hongrie.
Crédits Photos : Marie Buffin

Marie s’inscrit alors à EuroCircle, à Marseille, l’agence qui met en relation des volontaires avec l’Alliance Française. Elle postule pour 5 missions début décembre, dont celle-ci en Hongrie. Dès le lendemain, EuroCircle la rappelle pour lui dire que son profil les intéresse, puis elle est acceptée pour cette mission en Hongrie.

Pas de panique, tu n’es pas lâché sans préparation dans ton Service Civique ! En janvier, pendant 1 mois, Marie effectue une formation à Marseille, où elle a bénéficie de cours d’anglais, d’ateliers de multiculturalité, pour pouvoir s’adapter à l’étranger. Ensuite : c’est parti pour 4 mois et demi en Hongrie.

LE SERVICE CIVIQUE : UNE VRAIE BONNE ALTERNATIVE ? 

Marie a adoré son expérience : elle s’est sentie utile. Elle a pu enseigner le français à des jeunes de 2 lycées, une quinzaine d’heures par semaine. Elle a aussi aidé des étudiants hongrois qui souhaitaient rentrer à Sciences Po Paris par la procédure internationale… dont 1 a été accepté ! De plus, elle a pu s’investir directement dans l’Alliance Française, en organisant une soirée sur le thème de la Provence, et en aidant à traduire en anglais certains documents, par exemple. Aussi, elle a posé des questions aux employés de l’Alliance Française et pu les accompagner dans leur travail d’enseignement du français pour mieux découvrir leurs actions.

Enseigner le français dans des lycées en Hongrie : une mission utile.
Crédits Photos : Marie Buffin

Pendant le Service Civique, Marie a été en colocation avec 5 autres volontaires, et a surtout parlé le français. De plus, l’Alliance française en Hongrie est une petite structure. Ainsi, cette configuration était rassurante, surtout pour un pays dont la langue nationale est aussi complexe. 

LE SERVICE CIVIQUE : MOINS DE CADRE 

Marie a néanmoins relevé des désavantages à son Service Civique. Tout d’abord, elle n’était pas vraiment sous l’ordre d’un directeur : son engagement n’était pas assez cadré selon elle, un peu flou. Aussi, le contrat a signer auprès d’Eurocircle contenait de nombreuses erreurs et était plutôt difficile à comprendre. De plus, l’agence n’était pas vraiment disponible pour répondre à ses questions : une fois en Hongrie, celle-ci mettait environ 3 mois à répondre à ses mails… Ainsi, son Service Civique supposait d’être autonome, de savoir se gérer et être particulièrement motivé et attentif.

Une alternative à garder en tête !

Pour conclure, le Service Civique permet, comme le stage, de découvrir un métier, une structure, de voyager… En plus, le Service Civique permet d’avoir une action véritablement concrète, et d’avoir une garantie d’être rémunéré. Auprès de l’agence EuroCircle, il apparaissent néanmoins un peu moins cadré que le stage. Cependant, le Service Civique reste une alternative a garder en tête. Alors : pas de panique, à vos inscriptions de mobilité !

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s