Gwenaël Cadoret : « Le journalisme, c’est partager une tranche de vie »

« J’ai fait beaucoup d’écoles de journalisme, mais Sciences Po, c’est la première fois ! ». Après 2 heures de voiture depuis Montpellier, Gwenaël Cadoret, journaliste indépendant et formateur, est arrivé à Sciences Po Aix, mardi 7 octobre, enthousiaste. Saport’actu a contacté ce journaliste pour son tout premier évènement, un atelier sur le savoir-faire journalistique.

Monsieur Cadoret est plus que bien équipé pour nous éclairer sur ce thème : diplômé de l’Ecole Publique de Journalisme de Tours, formateur depuis 5 ans, il a notamment reçu en 2009 le Prix franco-québécois 2009 du jeune journaliste, pour son portrait d’un trader millionnaire devenu moine dans les quartiers nord de Marseille.

Avec Gwenaël Cadoret, un atelier journalistique décontracté
Crédits Photos : Saport’Actu

« Je vais vous le faire à l’ancienne », se distingue Monsieur Cadoret, armé modestement de Velledas et du tableau blanc pour ces 2 heures d’atelier journalistique. « L’idée, c’est d’échanger », précise-t-il à la quinzaine d’étudiants présents en SAP204.

Et il faut commencer par le début : qu’est ce que le journalisme ? 

Le Journalisme : 5 mots clés 

Le journalisme, c’est d’abord la transmission et la neutralité : il faut être un médiateur. De plus, « Un bon article doit pouvoir être lu par un niveau CM2 », résume-t-il : il faut savoir rendre l’information intelligible pour n’importe quel sujet. Ensuite, c’est une enquête, une observation : « les politiques ou chefs d’entreprise n’aiment pas souvent ça, mais c’est notre métier ! » rappelle Monsieur Cadoret : le journaliste doit savoir fouiller, dénicher, montrer les aspérités de quelqu’un ou quelque chose. Il faut absolument être curieux : se poser des questions sur tout, l’économie, la politique, l’art, les lois… 

Qu’est ce qu’un bon article ? 

Un bon article, c’est d’abord un bon sujet.

Le sujet de l’article doit répondre à 2 critères majeurs : être nouveau et interessant. Il est parfois incontournable de faire un article sur des sujets qui reviennent : la rentrée, par-exemple. C’est un « marronnier », un sujet qui n’est pas nouveau : le challenge est alors d’adopter un nouveau regard. 

« En journalisme, il faut savoir faire preuve d’humilité : à Sciences et Vie, la norme c’est de ré-écrire son article 10 fois », témoigne Monsieur Cadoret, participant entre autres à ce magasine de vulgarisation scientifique. Ecrire un article est un véritable défi : il faut savoir être clair, tout en lui donnant de la vie, de l’énergie, ce qui implique souvent d’y retourner de nombreuses fois.

Savoir tisser un « fil d’Ariane » : un impératif dans l’écriture d’un article
DR

Un concept revient de nombreuses fois lors de l’atelier : l’image du « fil d’Ariane » : « un bon article, c’est un fil d’Ariane qui fonctionne, une fluidité du premier au dernier caractère ». Il faut absolument qu’il y ait une homogénéité dans l’article, que le lecteur ait l’impression que l’article ait été écrit d’une traite. En effet, prendre le temps d’écrire sa première version en une fois est une bonne manière de s’assurer que l’ambiance de l’article sera la même tout du long. 

La sainte trinité 

Un titre, une accroche, une chute : voilà les 3 éléments majeurs d’un article. Le titre est un exercice de style : un jeu de mot, une référence. Néanmoins, le trait d’esprit est moins important que la spécifié du titre : le lecteur doit comprendre que ce sujet est unique. 

L’accroche, c’est quitte ou double. Il faut que ce soit une formule pushy, qui va faire rentrer le lecteur dans l’histoire. Si l’accroche parle au lecteur, il lira (peut être) tout. 

Enfin, la chute est le seul moment où le journaliste sort de son habit neutre : il peut donner son avis sur la question.

A côté de cela, d’autres aspects de l’article sont majeurs : les transitions notamment, afin de tisser ce fameux « fil d’Ariane ». Aussi, le chapô doit résumer l’article en entier. Le lecteur doit pouvoir commencer sa lecture à tous les niveaux de l’article.

On ne chôme pas à Sciences Po ! 

C’est comme si vous y étiez… Gwenaël Cadoret, lors de l’atelier, a proposé aux étudiants un petit exercice d’application ! L’idée était de trouver un point de vue intéressant pour écrire sur un gala, par exemple… Encore un « marronnier », pour lequel il faut trouver un angle d’approche original !  Il faut trouver ce qui intrigue, cloche ou décale pour faire un bon article. Auriez-vous une idée pour écrire sur la rentrée des classes de manière novatrice ? 

Mélissa a entendu de très bonnes propositions… qu’elle garde dans sa poche, pourquoi pas, cela pourrait être utile… et si jamais vous pensez avoir trouvé THE idée pour un sujet, n’hésitez pas à nous envoyer un message ! 😉

Un atelier basé sur l’interactivité
Crédits Photo : Saport’Actu

Pourquoi être journaliste ?

Mélissa l’avoue, cet atelier lui a vraiment vendu du rêve. Le journalisme est un vrai métier de rencontres, qui permet de tisser un réseau incroyable, de découvrir au quotidien. Gwenaël Cadoret écrit sur des sujets variés, allant de la high-tech à la finance, en passant par la gastronomie et les portraits d’ « extraterrestres ». « Ce que j’adore, c’est quand il se passe une rencontre, un échange humain qui interpelle ». Etre journaliste, c’est aussi expérimenter des situations improbables, marquantes, puissantes… et savoir retranscrire « ces saveurs, ces couleurs, ces odeurs ».

Ces deux heures sont passées à une vitesse phénoménale, ponctuées de témoignages et de sollicitations à participer. Un premier évènement qui en annonce d’autres.

PS : Ici, Mélissa te propose un petit résumé des nombreux conseils partagés par ce passionné. Si tu veux qu’elle t’envoie ses notes complètes de l’atelier, envoie nous un message sur Facebook sur Mélissa Portactu ! 

Mélissa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s