Take Honor 2019 : le BDM a frappé fort !

Jeudi 3 octobre s’est déroulée la soirée du Bureau Des Médias, dont le thème était “BDM Take Honor”. Entre les paillettes, robes époustouflantes et sourires étincelants, tu en as peut être oublié le tenant. Pourquoi “Take Honor” ? Quelle organisation pour un Bureau qui rassemble différentes associations ? De nombreux bénévoles ont participé à l’organisation de cette soirée. Pourquoi cet engagement ? Mélissa est là pour répondre à tes questions.

Crédits photos : Club photo Sciences Po Aix

Tout d’abord, Mélissa a posé quelques questions au maestro de cette soirée, la Présidente du BDM, Sarah Guérin:

  • Peux tu nous expliquer la tradition du « take » dans l’intitulé du thème de la soirée BDM?

Le Bureau du BDM, il y a 2 ans, a initié cette tradition. En effet, il est apparu à Sciences Po en tant qu’association regroupant les associations à caractère médiatique de l’IEP, afin de créer une plus grande solidarité entre ces organes. Il a nommé sa 1ère soirée « BDM Take over », en référence à son arrivée bruyante à Sciences Po Aix. Ils ont repris le schéma de cette appellation l’an dernier avec « BDM Take horror », et nous voilà avec « BDM Take honor ».

  • Comment vous est venue l’idée du thème ? 

L’idée du thème découle du titre. Au départ, Take honor nous a conduit à imaginer un thème autour des chevaliers et des princesses, mais on a eu peur que les gens ne prennent pas le thème assez à la rigolade et trouvent ça ridicule aha. Alors, on a préféré interpréter le “Honor” en soirée digne des cérémonies des Oscars ! 

  • Combien avez-vous été à participer à l’organisation? 

Le Bureau restreint (Présidente, Trésorière et secrétaire) a participé à l’organisation pure, mais c’est bien tout le Bureau élargi (ensemble avec toutes les associations fédérées) qui a oeuvré pour l’organisation concrète, que ce soit lors de la vente des places, de la préparation de la salle ou de la tenue des stands au cours de la soirée.

  • Il y a t-il une solidarité inter-asso dans l’organisation d’évènements de ce genre? 

Je pense que cette soirée nous a vraiment lié, elle nous a permis de prendre conscience qu’on pouvait réellement tous compter les uns sur les autres et se faire confiance, on a appris à travailler ensemble et ça m’a, en tant que présidente, vraiment fait chaud au cœur. On parle de bureau restreint et élargi, mais à mes yeux on est un seul et même bureau des médias (attention moment nostalgie/émotion).

  • Pourquoi ce choix de salle ? 

Pour son coté 2 salles 2 ambiances, elle nous permettait d’organiser d’un coté la « boîte de nuit », avec platines et bar, et de l’autre côté toutes les activités secondaires (pop-corn, ballons, stand photo, vestiaires). De plus étant très excentrée, on était libre de faire tout le bruit qu’on voulait.

  • Autres infos / anecdotes sur l’organisation de la Take honor ? 

Entre coups de stress et excitation, on en a vraiment beaucoup appris sur l’organisation d’un événement du genre. Spéciale dédicace aux vigiles russes !

Ainsi, vous y voyez un peu plus clair sur l’organisation de cette soirée. Pour mieux vous rendre-compte de son ambiance et organisation, Mélissa est allée demander à deux de ses nouveaux rédacteurs, Péroline Rouillard et Garis Gentet, bénévoles lors de cette soirée, de nous raconter leur expérience. 

Crédits Photos : Bureau des médias

Pour ces nouveaux au BDM, et plus généralement à Sciences Po, être bénévole lors de cette soirée était l’occasion d’être utiles et de participer concrètement à un événement de l’Ecole. “Ce qui m’a poussé à être bénévole, c’est de découvrir l’autre côté d’une soirée, autant parmi ceux qui la vivent que parmi ceux qui la font vivre”, a témoigné avec enthousiasme Garis, qui a eu l’occasion de gérer l’ordre dans les bus, mais aussi de profiter de la soirée. 

En plus d’acquérir des compétences d’organisation globale de soirée, et de renforcer son sens des responsabilités, être bénévole permet aussi de tisser plus de liens avec les personnes du Bureau, précise Péroline, qui a pu “rencontrer les gens du BDM, essayer de s’intégrer un peu”, notamment lorsqu’elle était chargée de la distribution de pop-corn et de l’organisation aux vestiaires. 

Ainsi, être bénévole apparaît comme une expérience à vivre. “Ce qui m’a le plus plu, c’est d’être au service des étudiants. J’ai beaucoup apprécié me rendre utile, donner les informations quand c’était nécessaire”, explique Garis. 

En conclusion, la soirée a été un franc succès. Les Sciencespistes ont pu se déhancher sur la playlist de Mizik Ko, et en interne, tout s’est bien déroulé. En demandant à Péroline ce qu’elle a préféré, celle-ci a tout de suite pensé à “l’organisation au préalable,  bravo à Sarah qui avait vraiment tout prévu”. Garis renchérit : “Rien de négatif à signaler, l’organisation et l’ambiance de la soirée étaient parfaites”. Alors, à quand la prochaine ? 

Mélissa

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s