Le cursus franco-allemand: « Ça décoiffe ! »

Chaque année, la rentrée amène à l’IEP de nouveaux élèves dont les 2A du cursus franco-allemand. Parmi les différents étudiants croisés au cours de ces premières semaines à Aix, peu étaient au courant de l’existence de ce programme. C’est pourquoi nous avons décidé de te le présenter ainsi que son association les Fribaixois.

Le fonctionnement du cursus :

Ce cursus est avant tout un partenariat entre l’IEP d’Aix et la Albert-Ludwigs-Universität de Fribourg-en-Brisgau en Allemagne. Il regroupe environ 15 étudiants français et 15 étudiants allemands dont l’admission se fait par concours. Le lieu d’étude alterne : la première année se fait à Fribourg, la deuxième à Aix. Puis les étudiants commencent leur troisième année par six mois de stage avant de revenir au deuxième semestre à Fribourg pour écrire leur mémoire, qui leur permettra d’obtenir le Bachelor (équivalent de la licence). La première année de master se fait à Fribourg avant de terminer par la cinquième année à Aix. Le but étant d’obtenir le diplôme des deux universités. Le programme est monté de telle manière que les cours suivis en Allemagne et en France se complètent. 

Pourquoi choisir le cursus franco-allemand ?

[Le cursus franco-allemand] permet de baigner entre la culture française et la culture allemande au quotidien tout au long de nos études, ce qui est pour moi d’une grande richesse”, nous écrit Paul actuellement en 3ème année. Le cursus permet en effet de découvrir le système universitaire des deux pays. Certains préféreront le système français, d’autres le système allemand. Les différences se font à tous les niveaux tant sur le fond que sur la forme des enseignements proposés. Si beaucoup préfèrent les cours dispensés à l’IEP en termes de contenu, Fribourg enseigne dès la 1ère année le travail de recherche scientifique en autonomie. 

Le cursus franco-allemand présente également des opportunités professionnelles très intéressantes. Julie, une étudiante de 5ème année réalisant une césure, témoigne : “Pour l’avenir, le cursus franco-allemand offre de nouvelles opportunités et apporte une spécificité supplémentaire au profil sciencepiste. En effet, les institutions et organisations allemandes sont particulièrement demandeuses de francophones. Par ailleurs, bien que l’allemand ne soit pas une des langues onusiennes, le profil franco-allemand reste également populaire dans les institutions européennes et internationales.”

Même si le choix d’un stage dans un pays germanophone pour les français et francophone pour les allemands est privilégié par le corps enseignant, faire un stage dans d’autres régions du monde n’est pas impossible. Des ambassades, en passant par les centres culturels et les fondations telle que la KAS (Konrad Adenauer Stiftung), les étudiants du cursus franco-allemand vont aux quatre coins du monde. L’acquisition d’une expérience professionnelle durant les études est une chose que beaucoup d’étudiants chérissent. Elle en fait un atout considérable du cursus comme en témoigne Charlène actuellement en master à Aix (5A): “ C’est notamment à cette période que j’ai pu me rendre compte de toutes les compétences (ouverture d’esprit, maturité, réflexion, …) que m’a apporté ce cursus et qui ont été de véritables outils tout au long de cette expérience professionnelle. Cette période de stages obligatoires est un vrai atout du cursus franco-allemand de Sciences Po Aix-en-Provence en comparaison des autres cursus franco-allemands d’IEP existant en France.” 

Le cursus franco-allemand ne signifie donc pas seulement être mobile entre la France et l’Allemagne mais aussi dans le monde entier. Et si le jonglage entre les différentes administrations des différents pays peut s’avérer parfois (très) compliqué, le cursus fait l’objet d’une grande solidarité entre les étudiants ce qui en fait également son charme. 

La vie étudiante en France et en Allemagne 

Bien que nous ayons affaire à deux pays européens et voisins, la vie étudiante est très différente selon le pays où l’on se trouve mais aussi suivant les études suivies : “Le fait de bouger en permanence, d’être une sorte « d’étudiant nomade » et de parler deux langues au quotidien, cela tisse beaucoup de liens et d’entraide entre les étudiants français et allemands, mais aussi entre les promotions. Déménager souvent empêche la monotonie et l’ennui dans les études !” nous assure Paul. Si à l’université de Fribourg les étudiants ont un emploi du temps peu chargé, cela n’empêche pas qu’on les retrouve une bonne partie du temps à la bibliothèque universitaire (BU ou UB pour Unibibliothek en allemand) où à chaque pause ils se donnent rendez-vous au café de la BU. Fribourg est en général une ville où il fait bon vivre : on peut se retrouver au jardin de Bière après une journée de dur labeur, faire un plongeon au Seepark en été (et oui il y a un lac dans la ville), éviter les transports en communs en se déplaçant à vélo (ce qui est quand même beaucoup plus pratique) ou encore pour les plus motivés, aller faire des balades dans les collines alentours. 

L’Association des Fribaixois :

Le cursus franco-allemand est représenté au sein de la vie étudiante par son association les Fribaixois. Cette année, l »équipe des Fribaixois est composée de Thelma Divry (présidente), Maëwa Dutuit-Sauter (trésorière), Raphaël Godefroid (secrétaire), Shana Sonntag (communication et réseau sociaux), Isabelle Drop et Julien Vittoz (responsables du pôle alumnis).

Paul (3A) a eu la chance d’être le vice-président de l’association : “En plus de lier les étudiants du cursus franco-allemand, nous pouvons organiser certains événements à l’IEP, comme des ventes de gâteaux ou diffuser des films par exemple, et participer à des événements avec d’autres associations de l’IEP”. Le but de cette association est de promouvoir l’amitié franco-allemande ainsi que les deux cultures à l’IEP et à la Albert-Ludwig-Universität. Par exemple, l’année dernière, l’association avait organisé pour les étudiants qui le souhaitaient et présents à Fribourg, une sortie au parlement européen de Strasbourg et une visite des studios d’Arte.

Maintenant que tu as découvert ce cursus méconnu de Science Po Aix, tu verras peut-être autrement les franco-allemands : non pas une secte étrange qui vénère la langue germanique, mais plutôt un cursus mobile qui permet beaucoup de découvertes !  

Lisa Brenier et Justine Henry

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s