Faisan de l’Ambiance : « Qui voudrait d’un cochon ou d’une cigogne ? C’est vraiment dégueulasse et pas marrant »

Aaaaah si tu cherches un peu de gaieté, c’est bien à Rennes qu’il faut aller ! Sa cathédrale classique, ses galettes-saucisses, son Roazhon Park, son IEP de province, ses gentils étudiants, mais surtout SON FAISAN…Mélissa a pris son mal en patiente pour traverser la France direction la Bretagne, où le volatile le plus célèbre du monde inter-iep l’accueillit contre une ration de calissons. Au programme, une interview exclusive de LA mascotte à ne pas manquer au Crit.

Pourtant, Faisan n’est pas tout seul en Bretagne : « Rennes a plusieurs mascottes. En tant qu’animal je suis évidemment au centre de l’attention, mais le renne, l’hermine » sont également des symboles récurrents. Cependant, comme « la 8.6 et la pyrotechnie dangereuse sont ses atouts et représentations lors d’un Crit réussi », la délégation rennaise ne peut se passer de son faisan. Mais au fait, pourquoi ce volatile, alors que l’hermine est bien l’animal n°1 symbolisant l’ancien Duché ?
« Le faisan est descendu sur terre dans un rayon de lumière entre 2009 et 2010, vers la délégation rennaise à l’époque toute à 3 grammes et sous forts opiacés… ou alors des 5A l’ont trouvé à un sombre Crit (?) » Le mystère reste entier.

Faisan, bien que grassement nourri, ne veut pas s’étendre sur son programme intensif en vue du prochain Crit : « secret défense sur la préparation et l’organisation, question de sécurité régionale ». Mais ne cache pas son objectif majeur, qu’il peine à accomplir année après année : « évidemment, le but est de survivre. Après, j’ai des protecteurs bourrés comme des coings et fier de l’être donc bon quand c’est pas eux qui me dégomment, c’est les autres. Mais retiens ça manant : seul les Rennais peuvent me toucher ».

Et d’entonner son cri de guerre habituel : « que les meilleurs perdent ! »

Car rare sont les faisans rentrés sains et saufs d’un Crit, nombreux sont ceux partagés entre quelques rares bougres touchés par l’Illumination. Mélissa se souvient notamment d’avoir vu passer une patte de feu Faisan lors du Crit lyonnais de 2017. Comme la tradition l’exige, le faisan tombé au Crit est honoré de la plus haute distinction rennaise : une procession mobilisant l’ensemble de l’IEP comme la Bretagne sait les faire. Un ultime moment de gloire, mythifié par Faisan qui décrit son nouveau domicile comme « un jardin beau comme celui d’Eden, où de nombreuses sépultures et étudiants en pleurs sont présents ».

A nouveau, malgré un sonnet des plus laudatifs en l’honneur de Faisan, celui-ci refuse de dévoiler l’identité de ses gardiens ou l’adresse de son nichoir, encore moins de nous raconter ses multiples résurrections, « question de sécurité régionale ». Car, telle une dynastie millénaire, un nouveau faisan est couronné chaque année, occupant un territoire majoritairement composé d’élevages porcins et de tavernes servant du choucheeeeen à volontéééééé.
Mélissa croit savoir cependant que Le Bon Coin et autres antiquaires de Landerneau sont les fournisseurs officiels de faisans finement empaillés. A moins que Faisan ne se reproduise lui-même ?

Le nid s’agrandit

Et pour cause, Faisan nous annonce un heureux événement, encore plus qu’un coup-franc de Bourigeaud contre Arsenal : « j’ai cette année une copine : Faisane Susceptible. Non seulement elle vient compléter une grande famille, mais elle fait du free fight« . En somme, picorer son grain c’est bien, à deux « c’est cool ».

Faisan met en garde quiconque oserait s’approcher de sa Majesté, même en échange de stroh : « généralement on m’incube de mono et de gastro avant le Crit, donc n’importe quel délégation qui m’arrache des plumes, me vole, se voit mise en quarantaine à sa rentrée au pays ». Ses terribles prédateurs, des bipèdes plus ou moins égaillés, sont prévenus. Mélissa s’abstiendra donc de câliner ce diable de Faisan, ce qui permet d’éviter une attaque nucléaire sur la déleg’ aixoise de la Vilaine Faisane particulièrement Susceptible.

Avant de retourner au nid, parce qu’il faut pas déconner avec la sieste, Faisan nous livre une ultime anecdote : « il y avait un premier faisan cette année pour le WEI Rennais. Il a été défoncé, et seule la tête aujourd’hui survit. Une procession enflammée a été organisée par le GIGRN pour ma remise à la nature à la fin du weekend ». Voilà qui fait de Faisan un phénix pluriannuel, même Gandalf n’a pas fait mieux.

En somme, c’est plutôt cool une vie d’ambianceur sur un CV : « Faisan doré en couple cette année. Compte Facebook tordant et ami avec tous les iepiens. Idole d’un peuple entier. » Parce qu’il faut bien être honnête : « qui voudrait d’un cochon ou d’une cigogne ? C’est vraiment dégueulasse et pas marrant ». (Bises à la moule cependant).

Il est temps pour nous de laisser un ultime répit à ce noble faisan, guère habitué aux paparazzis et facilement importuné entre deux averses de grésil : « t’en as d’autres des questions débiles à J-2 du Crit ? Casse moi pas le cloaque et reste sur tes appuis parce que la faisan squad déboule dans une poignée de jours tout retourner comme d’habitude ».

Rappelons cependant l’exclusivité offerte à Mélissa : « comme PNL y’aura pas d’autre interview, contente toi du peu ! » Rendez-vous à Paris, histoire de retrouver Faisan plein de Pastis.

Thibaut Keutchayan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s