Les sciencespistes sur les pistes : un WES digne des années 2000

Les plus courageux d’entre nous, après ce Gala d’hiver mémorable, sont partis profiter de la neige fraîchement tombée à la station d’Orcières-Merlette dans les Alpes. Après les péripéties de transport de l’année dernière (comment oublier Tony) les skieurs et les on-reste-à-l’appart-pour-une-raclette-eurs ont été bien heureux d’arriver à l’heure et sans soucis. Pas vraiment le bus de l’ambiance, mais après le Gala, pas besoin d’excuse.

Le logement bien cosy accompagné d’un food pack « patate, charcut’ et fromage à foisooon » ne les a visiblement pas laissé sur leur faim.

Crédit photos : Alix

Sur les pistes dès 8h30 pour certains, ils ont profité d’un samedi de ski on ne peut plus parfait : ciel bleu et grand soleil, bonne neige et un repas avec une magnifique vue sur les Alpes. Alors que certains ont profité jusqu’à la fermeture des pistes, d’autres ont préféré un week end plus reposé en altitude.

Retour dans les apparts, les sportifs se sont gâtés d’un repas bien mérité pendant que certains de ces 1A n’ont pas hésité à bien commencer la soirée, d’après nos sources…

Le thème, révélé en toute beauté par notre BDS, a fait ressurgir les nostalgies musicales. Un retour en arrière aux années 2000 et une ambiance plutôt boum de collège que Tomorrowland mais qui a quand même enjaillé nos sciencespistes.

10h le lendemain : les apparts devaient être rendus. Après une soirée à alcool à volonté cette tâche s’est prouvée difficile pour certains, tandis que les plus motivés, quoique fatigués, sont quand même partis profiter des pistes tant qu’ils le pouvaient (amortir le forfait, c’est tojours LA priorité lors des ski trips, on le sait bien). Mais cette dernière sortie s’est avérée d’une grande aventure digne de celles des grimpeurs les plus expérimentés du mont Everest. Avec des conditions météo exécrables, les skieurs sont restés groupés face au froid glaciale et brouillard aveuglant. Mais cet effort en valait la peine puisqu’ils ont déniché le maestro des burgers lors d’une pose resto en altitude : « Dieu était dans ce burger » nous résume Alix.

Alors que le trajet du vendredi s’est passé en toute douceur, le retour en bus le dimanche a bien rivalisé le bus du WES 2018 : en pleine autoroute la porte arrière du bus s’est… complètement ouverte. On comprend maintenant pourquoi la ceinture, c’est plutôt conseillé…

Ces aventuriers sont quand même revenus sain et saufs, la tête remplie d’un week-end bien mémorable sous la neige.

La bise de Mélissa

E.B.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s