#Aixpat : Une 3A nordique

Pour continuer avec ce cycle d’articles sur la mobilité en Europe, Mélissa est allée dénicher pour vous des témoignages de quatre étudiants pour nous présenter trois nouvelles destinations, et non des moindres : la Suède, les Pays-Bas et la Finlande !


Fika et aurores boréales avec Valentine Cilia en Suède 

Valentine a opté pour le choix d’une année de mobilité mixte avec un S1 à Göteborg et un stage au Brésil à Belo Horizonte. Le contexte qu’offre un voyage en Erasmus est selon elle une grosse opportunité avec toutes les « rencontres avec des étudiants internationaux, les voyages organisés, les résidences multiculturelle etc, Erasmus reste une expérience unique et incomparable dans la richesse et la diversité des rencontres que l’on peut faire », même si le Brésil et sa culture exotique et vibrante ont été le point fort de sa 3A. En Suède elle a pu faire des rencontres internationaux et avait pour amis des Grecs, Espagnols, Écossais… sans pour autant rencontrer beaucoup de Suédois. « Nos cours étaient spécifiquement pour les étudiants internationaux » explique Valentine, mais elle a quand même pu faire la rencontre de natifs lors notamment d’un dîner/gala : « une sorte de confrérie suédoise avec discours, repas typique, costumes et représentations tout en suédois ! L’autre française et moi-même n’avions rien compris mais c’était très drôle et restera un événement marquant ! »

« Voyager » : le verbe que Valentine emploie pour qualifier cette 3A. La possibilité de la découverte du pays dans lequel on se trouve et des régions avoisinantes est un élément important dans nos choix, la Suède semble ainsi proposer de nombreuses opportunités d’escapade. « Göteborg se trouvant à équidistance de Stockholm, Oslo et Copenhague j’ai donc visité ces 3 grandes villes scandinaves, avec un coup de cœur pour Copenhague. » Le gros avantage de partir en mobilité avec Erasmus c’est aussi les voyages organisés, Valentine a pu profiter de voyages en bateau jusqu’à Tallinn en passant par Helsinki et St-Petersbourg, mais son plus beau souvenir de voyage est celui en Laponie « chiens de traîneaux, hôtel de glace, sauna au bord d’un lac et surtout aurores boréales : magique et inoubliable ! »

En plus de ces expériences extraordinaires, le système d’éducation suédois ne rajoute pas de maux. « Le rythme est très très chill » nous confie Valentine, avec moins de 10h de cours par semaine, une grande autonomie est laissée aux étudiants pour réaliser leur travail personnel mais surtout leur permettant de profiter au maximum de cette année de mobilité.

Des conseils pour les futurs 3A ? « Préparer son budget pour pouvoir faire des milliers de Fika, kanellbullar et Chaï Latte, et surtout partir en Laponie, ne rate pas cette occasion! » Elle met aussi en garde contre le grand froid, avec des moyennes de température dans les négatifs, ce n’est pas le Brésil, Valentine peut en témoigner !

Cette 3A semble surtout lui avoir permis de pratiquer son anglais, mais elle nous donne 3 mots suédois à retenir : « Hej ! Fika ! et Tack ! »


Vélos et voyages avec Aigline Pahin et Valentine Guigou aux Pays-Bas 

Aigline a passé une année entière à l’Université d’Amsterdam. Elle nous confié qu’elle a beaucoup voyagé durant son année de mobilité, notamment dans les villes de Haarlem et de Utrecht qui sont proches d’Amsterdam. « J’ai vraiment adoré voyager dans ce pays, tout est mignon, et comme il s’agit d’un petit pays tout est plus ou moins proche », selon ses dires. De plus, les Pays-Bas sont une destination prisée par les étudiants Erasmus : Aigline a par ailleurs rencontré à la fois des internationaux et des néerlandais natifs. La preuve que la 3A peut vous permettre de créer des liens d’amitié indéfectibles : « J’avais un peu peur de ne pas réussir à nouer des vrais liens avec des internationaux, à cause de la langue et avec cet aspect de « faire tout le temps la fête » mais ça n’a vraiment pas été le cas, j’ai vraiment rencontré des gens extraordinaires avec qui je suis restée vraiment proche! », nous a-t-elle répondu. Et c’est bien connu, Amsterdam est une ville où le vélo a une place centrale comme moyen de transport urbain. Ainsi, Aigline vous donne un petit conseil : « acheter un vélo sur Facebook et non pas dans les magasins, c’est beaucoup moins cher sur Facebook aha ».

Valentine Guigou, quant à elle, a passé un semestre dans une autre ville néerlandaise qui n’est autre que Maastricht (cc Aix ONU et l’Euro MUN 2018). Elle a étudié à la Faculty of Art and Social Sciences. Pour elle, la mobilité mixte était l’occasion de « profiter de cette année au maximum et de voyager le plus possible ». Néanmoins, Valentine a confié à Mélissa avoir préféré son semestre universitaire à Maastricht car elle s’est sentie très à l’aise dans cette « ville à taille humaine » dans laquelle elle a pu profiter des plaisirs de la vie étudiante à l’étranger. Elle a visité les Pays-Bas mais a surtout eu l’occasion de voyager partout en Europe : « je n’avais pas vraiment eu la chance de le faire auparavant, alors que c’est finalement très simple ». A Maastricht, nombreux sont les étudiants internationaux mais Valentine a tout de même eu l’opportunité de rencontrer à la fois des locaux et des étudiants venant d’autres pays européens. Néanmoins, elle a tenu à préciser le fonctionnement de l’université hollandaise, quelque peu différent du système français : « L’emploi du temps était plutôt léger (à peu près 10h de cours par semaine) mais le travail à fournir en dehors des classes était assez conséquent. En gros les élèves font le cours chez eux, et partagent ce qu’ils ont lu en cours ». Pour résumer sa mobilité en Europe, Valentine a trouvé que c’était une découverte tant culturelle que de soi-même.

 


Sérénité et nature en Finlande avec Marcus  

Marcus a lui aussi fait le choix d’une mobilité mixte pour sa 3A : « cumuler une expérience académique et professionnelle à l’étranger est capital » pense-t-il. Il a pu passé un premier semestre en université à Calgary au Canada pour ensuite s’envoler vers la Finlande et faire un stage en ambassade de France à Helsinki, auprès de l’Attaché de Défense Finlande/Estonie. Il a ainsi pu profiter de sept mois dans ce pays nordique.

Quand on lui demande pourquoi avoir fait ce choix de la Finlande, il nous dit pour le stage dans un premier temps : « l’environnement stratégique et les enjeux actuels correspondaient particulièrement bien avec mes centres d’intérêts », si vous avez plus de questions sur ce stage, Marcus est heureux de vous aider, n’hésitez pas à la contacter ! Mais il nous donne aussi les arguments de la position géographique de la Finlande et aussi de sa richesse naturelle avec ses vallées, lacs, îles et forêts : « il est facile de comprendre pourquoi les Finlandais sont très proches de la nature » nous dit-il, « elle est très facilement accessible même depuis la ville ». Il a notamment informé Melissa sur l’existence d’un « droit d’accès à la nature », permettant à chacun de jouir des paysages et de la nature, qu’on peut retrouver aussi en Suède et en Norvège. « Le climat avec ses saisons très marquées », l’histoire « assez singulière » de la Finlande, la langue « très facile à prononcer et à écrire » mais avec une grammaire et un vocabulaire très différents de ce que nous connaissons sont tous aussi des raisons pour lui de choisir cette destination. Il faut aussi souligner que le suédois est la seconde langue officielle du pays (à quelques variantes près). Il nous parle enfin des Finlandais eux-mêmes comme raison de plus : « (ils) attachent beaucoup d’importance à leur espace personnel, ainsi qu’au silence et n’apprécient pas les conversations superflues mais les jeunes générations sont en général plus extraverties ».

Helsinki offre ainsi une qualité de vie très bonne mais « la ville reste active« , insiste Marcus. « Surtout en été où j’ai beaucoup apprécié pouvoir passer la grosse majorité de mes soirées en extérieur en profitant de la lumière résiduelle du jour jusqu’à très tard dans la nuit ».

Marcus nous confie en effet que pour lui, la Finlande est l’un des pays les plus singuliers d’Europe avec une « atmosphère particulière qui combine simplicité, calme et sérénité qui ne rime pas pour autant avec ennui ».

Quelques clichés de Marcus mettant bien en évidence toute la beauté du paysage :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour finir en beauté, un conseil de Marcus qui vaut à notre avis pour toutes les destinations :  « Où que vous soyez, intéressez-vous vraiment au pays où vous êtes, à son histoire, à ses paysages, à sa langue, à ses gens. Ça peut être un défi quand certains de ses aspects paraissent difficile d’accès, mais il y a souvent de bonnes surprises derrière ! »

Léa ESTEBE et Edie BRIDGE

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s