Le réseau ISEP, partir aux Etats Unis autrement!

 

En ce mercredi des aixpats, nous avons rencontré Vanille Launey. Effectuant sa 3A aux Etats Unis via le réseau ISEP, elle nous raconte son expérience. Ainsi, elle étudie à Shenandoah University à Winchester (en Virginie). Dans cet article, elle vous explique les caractéristiques du réseau ISEP, mais, également elle partage son expérience au sein du campus. Université, sport, soirée, voyages: tout est là.

Bonne lecture.

Jade IAFRATE

« Une 3A au Etats-Unis? “Peu original”, penseront certains, “pas très dépaysant” diront d’autres. Pour ma part, vivre une année plongée au sein d’un campus américain me tenait vraiment à coeur. Je ne regrette d’ailleurs pas une seule seconde mon choix. Je ne saurais vous dire le nombre de fois depuis mon arrivée où j’ai cligné des yeux pour m’assurer que je n’assistais pas à un film mais bien à la réalité.

Lorsque j’ai appris avoir été sélectionnée pour le programme ISEP, qui compte comme un voeu a Sciences Po et requiert 6,5 à l’IELTS, je n’ai pu contenir ma joie. Je n’étais cependant pas au bout de ma démarche. En effet, un deuxième classement d’universités m’attendait, à effectuer parmi la centaine d’universités américaines proposées par le réseau. Recueillir des informations sur ces universités afin de constituer mon dossier ISEP s’est alors avéré assez laborieux, ce qui m’a valu quelques rendez-vous avec la coordinatrice du programme à l’université d’Aix-Marseille.

Mais malgré ces petites inconvenances administratives, l’avantage d’ISEP selon moi est d’avoir un éventail d’universités beaucoup plus large que celui proposé par les partenariats de l’IEP. Mon rêve était de vivre sur la côte Est des Etats-Unis pour pouvoir en découvrir les majeures grandes villes. Avec cet objectif en tête, j’ai donc sélectionné 10 universités que j’ai classées de manière stratégique. Les universités sont en effet regroupées par catégories de chances de placement (de « most competitive » à « excellent chance of placement »), avec lesquelles il faut savoir jouer pour maximiser ses chances.

Outre le choix varié d’universités, ISEP offre aussi un certain avantage financier puisque le prix du programme par semestre (2650 euros) comprend à la fois le logement sur le campus et la nourriture à volonté au dining hall du campus.

Fin Mars, tous les autres 2A ayant déjà eu leurs affectations, le résultat ISEP tant attendu tombe. J’ai été affectée à mon deuxième voeu: Shenandoah University, qui se trouve a Winchester, en Virginie, à une heure et quart environ de Washington D.C. Quoi de mieux que de passer ma 3A près de la capitale des Etats-Unis en cette année d’élection présidentielle? Je suis donc ravie.

Une fois sur place, je n’ai pas été déçue du campus. Très vert, paisible et chaleureux, je m’y suis sentie chez moi très rapidement. Cette université étant relativement petite, il est facile et très probable de recroiser sur le campus les gens avec qui l’on a sympathisé. Je ne me suis donc pas du tout sentie “perdue dans la masse”. Il s’est avéré que 16 autres Français passaient également le premier semestre dans cette université, ce qui a eu l’avantage de faciliter mon adaptation au pays, avec le défaut néanmoins de souvent nous regrouper, par facilité. Le seul point négatif de mon université est le fait qu’elle soit très mal desservie. Aucun bus ne la relie à Washington D.C, qui est pourtant la grande ville la plus proche. Les américains n’en voient pas la nécessité puisqu’une grande majorité d’entre eux conduisent dès 16 ans et ont leur propre voiture. Je vous conseille de bien vous renseigner sur l’existence de transports en commun avant de faire votre choix, car la situation de dépendance des autres pour le transport est souvent délicate.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Pour ce qui est des cours, la pédagogie n’est pas du tout envisagée de la même manière aux USA. Les cours sont beaucoup moins magistraux et plus axés sur la discussion, le partage d’expérience personnelle et le débat. Une chose à noter est le fait que malgré notre difficulté à parler et notre accent, et même de manière générale entre eux, les américains ne jugent pas quand une personne intervient en classe, ce n’est pas dans leur mentalité. Beaucoup de readings sont demandés en amont des cours, mais après quelques semaines, on apprend à sélectionner les indispensables et ceux qui le sont moins. L’avantage d’une petite université est de bénéficier de classes peu chargées avec des professeurs très à l’écoute, qui connaissent notre nom et n’hésitent pas à nous aider, comme ils le font pour tous leurs élèves en général d’ailleurs. Un peu moins drôle, les livres scolaires sont indiqués en début de semestre pour chaque cours et sont à notre charge. On ne peut pas les éviter puisqu’ils sont souvent indispensables pour les exams, surtout si l’on n’a pas pu comprendre parfaitement le contenu du cours. Il existe cependant des astuces pour en faire diminuer le coût conséquent, comme par exemple les acheter d’occasion ou les louer sur Amazon ou Chegg. Les examens n’ont rien à voir avec les partiels à Sciences Po puisqu’en choisissant des cours plutôt faciles (niveau 100 et 200), les midterms et final exams sont en fait… des QCM. Plutôt rassurant donc, de ce côté là.

À propos de la vie sur le campus, j’ai pu constater que l’existence de nombreuses équipes de sport dans les universités américaines n’est pas un mythe. Du hockey sur gazon au cheerleading, en passant par le lacrosse, de nombreux sports sont représentés. Assister à un match de football américain est une expérience inoubliable (même si l’équipe de mon université est en 3ème division ahah, ce qui rend l’ampleur et l’ambiance des matchs un peu moins spectaculaires). Néanmoins, les petites universités aux petites équipes de sport ont aussi leurs avantages, comme la possibilité d’intégrer une équipe. Ce semestre, trois Français ont par exemple réussi les sélections pour entrer dans l’équipe de soccer, ce qui leur a permis de bien sympathiser avec leurs coéquipiers, de se déplacer régulièrement pour affronter les universités concurrentes le week-end et de bénéficier… des soirées de l’équipe.

En effet, les soirées étudiantes se déroulent non pas dans les fraternités (mon université ayant peu de fraternités, et toutes plutôt “scolaires”), mais dans les maisons off-campus des différentes équipes de sport. Cependant, les descentes de police n’y sont pas rares. La majorité à 21 ans peu poser problème mais je dirais qu’elle est surmontable si l’on connaît des personnes plus âgées.

Pour ce qui est de la possibilité d’obtenir un job d’étudiant sur le campus (à la bibliothèque ou au dining hall par exemple), c’est assez difficile puisque les offres sont réservées aux étudiants de l’université. Cependant, j’ai eu l’opportunité de travailler en tant que tutrice de Français, grâce à la recommandation de la prof de Français de l’université, que j’ai assistée pendant ses cours.

Enfin, je crois qu’une 3A n’est pas complète sans voyages. Qu’ils soient organisés par mon université ou non, j’ai eu la chance découvrir – durant le Fall Break, la pause de Thanskgiving et le Winter Break -, les grandes villes de la cote Est, comme je l’espérais. Mon conseil serait de ne pas hésiter, si on en a l’opportunité, à prendre ses billets d’avion pour explorer un maximum de villes. Une 3A, c’est une année d’insouciance, c’est une fois dans sa vie, et je pense que les souvenirs que forgent les voyages resteront ancrés en nous, vraiment.

Pour finir, si vous envisagez de partir aux Etats-Unis mais que – conscient du prix de la vie dans ce pays – votre budget vous freine quelque peu, si le prestige de l’université n’est pas forcément dans vos critères et si vous n’êtes pas réticent a intégrer une petite université, je vous recommande ISEP sans hésitation.

Je m’aperçois que résumer ma 3A, pourtant encore inachevée, en 300 mots est tout simplement impossible. Si vous souhaitez plus de détails sur le programme ISEP notamment, n’hésitez pas à me contacter, je vous renseignerai avec plaisir.

Vanille Launey

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s