« Les pompoms en confession »

En ce mardi ô combien attendu de célébration du Pré-CRIT, Mélissa élargit le panel de sa rubrique Sport’actu en s’intéressant cette fois ci aux mystérieuses et sulfureuses Pompoms de notre bonne maison.

Effectivement une sorte d’aura légendaire semble couvrir notre équipe de pompoms, pourtant discrète mais pétillante lorsqu’il s’agit de d’effectuer leur performance devant le public.

Certains les associent à une réputation peu flatteuse, Thierry Roland ne manque d’ailleurs pas de nous le rappeler ! Mélissa est là pour rétablir la vérité… être pompom c’est avant tout avoir l’esprit d’équipe, savoir se coordonner sur la piste et surtout avoir le rythme dans la peau !

Petit récap’ pour les non-adeptes du cheerleading (bilingual you know it). Pour être pompom, mieux vaut bien savoir bouger et coordonner ses deux bras et ses deux jambes, et de façon gracieuse s’il vous plaît !

Le cheerleading se pratique en équipe de 14 à 18 filles tu peux avoir une chance de les apercevoir lorsqu’elles encouragent les équipes sportives de notre maison !

…Trêve de plaisanterie, entrons dans le vif du sujet !

photo article pompom

Saport’actu : Alors, pourriez-vous nous présenter votre équipe ?

Les pompoms : Nous sommes 14 en tout, c’est un bon chiffre ! Être moins de 13/14 serait dommage car si l’on n’est pas assez nombreuses, l’effet visuel est moindre.

Bref, une fine équipe de 14 filles : 10 sélectionnées pour… 4 manitous ! C’est un peu atypique en effet !

Nous sommes trois 4A avec pas mal d’expérience, pompoms depuis notre 1A et manitous ensemble en 2A, Eloise nous a rejoint pour faire le lien avec les 2A que nous ne connaissions pas.

Nous sommes donc quatre petits tyrans avec chacune notre caractère ! Nous avons recruté trois anciennes au début de l’année, des 2A novices, et seulement deux 1A malheureusement…. (futur 1A si tu passes par là, prend en note). Les sélections sont toujours un moment compliqué car on s’engage pour l’année entière et le choix n’est jamais évident. Cette année le niveau des filles est assez homogène, ce qui nous permet d’avancer relativement vite, et d’avoir un groupe plutôt soudé.

Certaines filles ont déjà fait de la danse et ont donc de bonnes bases, que ce soit en classique ou en Jazz. Par conséquent, nous avons bien avancé, bien progressé, tout au long de l’année ! C’est une chance parce que ce n’est pas un véritable critère de sélection. En effet, on ne connaît pas les filles le jour des sélections ni leurs parcours en danse, ça évite les préférences !
Au delà de l’aspect technique, les pompoms sont adorables, il y a une très bonne entente au sein du groupe, c’est véritablement ce que l’on a voulu créer cette année. Non seulement nous sommes depuis l’année dernière une AS mais aussi une « équipe ». D’ailleurs cette année nous avons innové, on s’est donné des petits surnoms comme dans les autres AS (que vous découvrirez sur nos pulls pendant le crit ) Les filles sont ultra motivées !

Saport’actu : Comment gérez-vous le fait de ne pas avoir de réel championnat ? En quoi consiste vos entraînements ?

Les pompoms : C’est vrai qu’au cours de l’année nous ne participons pas à des compétitions de cheerleading mais nous allons dès que possible supporter nos équipes. Par ailleurs, pendant le CRIT, il y a une réelle compétition ! Nous dansons samedi soir face à toutes les autres équipes de pompoms ! Cette année en plus, les pompoms sont passées en catégorie B, par conséquent, nous allons rapporter des points à l’IEP.

De plus, depuis septembre nous avons des échéances qui rythment l’année : le premier show sur le parvis (généralement pour la Nuit de la verrerie), la SDE, la soirée pompoms, la SDA, le Pré-CRIT, et la soirée BDS précédant le CRIT. Le fait de ne pas avoir d’autres compétitions que celle du CRIT (et du Pré-CRIT) nous permet de nous focaliser toute l’année sur ce show ; c’est un travail de longue haleine vous pouvez vous en douter !

Les représentations que nous faisons durant l’année nous permettent de montrer notre avancement et de tester nos capacités. C’est toujours un très bon exercice que de danser avec un public (et pas des moindres) et en conditions réelles.

Pour ce qui est de nos entraînements, nous en avons deux par semaines, le lundi et mardi de 18h à 20h et à l’approche du CRIT nous tournons plutôt à quatre entraînements chaque semaine (Intensif n’est-ce pas). Nous nous voyons d’abord entre manitous pour créer les enchaînements, puis nous les apprenons aux filles. Il faut alors les travailler sans relâche pour parvenir à un show de 6 minutes. Les filles doivent non seulement connaître les enchaînements, mais nous travaillons également les placements et déplacements sur scènes, le rythme, la synchronisation, la dynamique, la propreté des mouvements, l’attitude, le sourire, les effets visuels et l’ensemble. Bref, on ne chôme pas !

Saport’actu : Et par rapport à votre bilan de l’année, que pourriez-vous nous dire ? Notamment ambiance, moments forts,…

Les pompoms : Le bilan officiel se fera après le CRIT, mais dans l’ensemble c’était une bonne année de préparation et d’amusement. Être manitou n’est jamais simple ; il faut parfois assumer des rôles difficiles, des situations pesantes, mais la motivation ne nous quitte jamais.

On a essayé d’avoir une équipe soudée et déterminée. Certains événements, particulièrement ceux où l’on danse devant un public, nous rapprochent beaucoup. Le CRIT est un moment de ferveur, d’enthousiasme qui nécessite une préparation intense. L’achat des uniformes, tenues de show, pompons et sweats de l’équipe (toujours folkloriques) nous lie chaque fois un peu plus.

Nous sommes pour la plupart des manitous en 4ème année. C’est donc avec beaucoup de nostalgie

que nous allons transmettre le flambeau aux nouvelles, définitivement. Je me suis donc pas mal investie cette année encore et ce fut avec beaucoup de plaisir. Je suis pompom depuis la 1A et cette année a sans doute été la meilleure dans le sens où, comme je l’ai dit plus haut, les filles sont adorables, on s’entend bien vraiment, et il y a une belle harmonie entre les 4 manitous (je travaille d’ailleurs cette année encore avec mes deux anciennes co-manitous de 2A Léna et Marisol, et c’est toujours un plaisir). Nous avons fait quelques petits apéros toutes ensemble et organisé une belle soirée, mais les moments forts restent avant tout les soirées au cours desquelles nous avons dansé. Bien entendu, la première représentation, lors de la SDE, a été marquante parce que nous présentions l’équipe à l’IEP. Mais je pense que les plus beaux moments restent encore à venir pour la soirée Pré- CRIT et le CRIT !

Saport’actu : Comment envisagez-vous le CRIT ? Avec quel état d’esprit ?

Les pompoms : Nous sommes très motivées à l’approche de ce CRIT, mais surtout, nous avons hâte ! Nous nous préparons depuis septembre et nous attendons impatiemment de nous confronter aux équipes des autres IEP. Nous connaissons nos capacités, nos points forts mais nous savons également où se trouvent nos points faibles (que qui est donc un atout). À nous de tout donner durant ces derniers entraînements, mais nous sommes relativement confiantes.

On met un peu la pression à notre équipe, mais il y a de quoi !

Nous ne sommes pas en retard, la chorée est finie, il reste à re-re-re-re-re répéter et surtout à présenter le show à l’IEP mardi prochain. C’est décisif, si nous sommes soutenues par la « maison » ce seras déjà énorme. Forcément, nous visons le podium, voire la première place… (Ambitieuses!) Nous avons bien travaillé tout au long de l’année, à raison de 4h par semaine voire plus certaines semaines. C’est notre dernier CRIT en tant que manitou alors ce serait le plus beau des cadeaux ! Mais ce qui compte c’est aussi et surtout de s’amuser, c’est un moment qui restera gravé dans les mémoires quoi qu’il arrive ! Il reste que les filles se frottent au « public » et à la folie du CRIT, et je suis sure qu’elles seront à la hauteur de la réputation aixoise (et pas celle de « nos pompoms sont des salopes »… !) Et puis le CRIT se vit aussi tout au long de la journée pour nous, au bord des terrains pour encourager les équipes !

Saport’actu : Encore un mot les pompoms, comment se profile la transition vers l’année prochaine ?

Les pompoms : Nous y réfléchirons après le CRIT. Pour le moment, les manitous et moi même sommes trop « dedans », après 3 ans de pompoms ça va être difficile de lâcher « notre bébé ». Nous avons bien sur quelques idées, reste à voir si les pompoms pressenties acceptent la mission ! Même si j’ai peu de doutes là dessus. Être manitou c’est certes, beaucoup de responsabilités et de stress, mais c’est aussi un immense plaisir !

Un grand merci à vous les Pompoms ! Mélissa vous souhaite bonne chance pour votre prestation pour le CRIT! Et même avec un problème de musique, vous avez assurés hier. +150 points pour le salto d’une des Manitou! 

& don’t forget, le CRIT sera rouge et or !

Elhia Pascal-Heilmann.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s