Bend it like the Foots’Aix

Aujourd’hui, Mélissa te propose de mieux connaître l’équipe de football de Sciences Po Aix, aka les Foots’Aix. Leur manitou Anna Dettrakis, a bien voulu nous livrer un compte rendu de cette année qui s’achève avec le Crit ce weekend.

Tout d’abord, l’équipe féminine compte quinze filles, dont deux seulement qui avaient déjà joué en club. Ainsi la majorité pratiquaient ce sport comme un loisir après les cours, avec leurs amis ou leur famille.

En France tout particulièrement, le foot est très populaire…chez les garçons. En effet, il reste encore rarement pratiqué par les jeunes filles, et la meilleure preuve est que les Foots’Aix on eut peu d’occasion pour jouer contre d’autres équipes universitaires. « C’est assez triste de le dire mais souvent, soit les filles pensent qu’elles n’ont pas le niveau ou que ce sport n’est pas fait pour elle (ce qui est faux et elles progressent très vite), soit elles manquent de structures, d’entraineurs (qui sont tout de suite moins disponibles lorsqu’il s’agit de filles qui jouent au football). » nous livre Anna. Il est vrai que voir une fille qui joue au foot reste très surprenant, encore aujourd’hui. Ainsi nos footballeuses font souvent face à l’étonnement du reste de la société, avec des remarques fréquentes comme « Les filles vous jouez vraiment au foot ? », « Vous faites quoi comme sport, du handball ? » alors qu’elles sont en tenue et crampons. Comme le résume très bien Anna, : « Il y a un imaginaire collectif et des stéréotypes très intériorisés concernant le foot », ce qui n’est pas forcément le cas dans les pays d’Amérique du Nord.

Cependant, malgré tous ces aspects qui pourraient en décourager plus d’une, les aixoises forment une équipe soudée, avec un véritable « Esprit Foots’Aix » qui se transmet d’année en année. La cohésion et l’entraide sont les mots d’ordre de l’équipe, et la solidarité entre les filles s’est notamment forgée grâce aux apéros à La Curieuse,  et aux voyages ensemble (cf. Sur la route des Foots’Aix). « J’ai confiance en mes « frérots » et je suis fières d’elles. Je suis particulièrement heureuse de l’immense progression de certaines joueuses comme Luisa, Anne et Léa qui n’avaient pas touché un ballon avant de venir et qui aujourd’hui on le niveau pour entrer dans un petit club », nous confie leur manitou. C’est une grande famille qui compte en son sein des jeunes filles avec un bon niveau de foot mais surtout un esprit d’équipe et une motivation de fer.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Les Foots’Aix ont aussi des défauts (et oui, même les meilleures ont des faiblesses…) qui, selon Anna, se concentrent principalement au nombre de blessées et à leur passion pour le ballon rond, qui leur vaut quelques déceptions et parfois mêmes des altercations avec l’arbitre.

C’est cette même passion qui rend cette équipe aussi fébrile à l’approche du Crit « On est AU TAQUET ! On a vraiment hâte de jouer et de montre qu’on a notre place sur le podium du Crit », déclare Anna. S’il fallait citer une équipe à redouter pendant le tournoi ce serait les Grenobloises, même si le niveau des autres équipes reste indéfini dû aux changements annuels.

Concernant le déroulement du Crit, cela se fait grâce à deux poules, dont les gagnantes s’affrontent entre elles. Anna nous le résume simplement : « en gros faut gagner le plus de matchs et mettre le plus de buts possibles » (plus d’excuse pour ne pas aller voir un match de foot féminin : vous connaissez les règles !).

Que dirais-tu a une jeune fille qui hésite à se lancer dans ce sport catégorisé comme « masculin » ?

Haha, comme tu dis, ce sport est « catégorisé ». Il n’y a pas de sport masculin ou féminin, ce sont des a priori socialement construits et entretenus par la société et les personnes fermées d’esprit (c’est mon côté Garçonnes qui parle — j’anticipe les commentaires—).

Aucune hésitation à avoir, si tu aimes un sport tu le fais et puis c’est tout. Je jouais avec les garçons dans la cour de récré de la primaire et j’étais très contente de le faire. Derrière les moqueries les préjugés il y a souvent de l’ignorance, de la connerie et de la jalousie. Il ne faut pas qu’elles découragent. Je suis sûre qu’un jour les filles rattraperont le retard accumulé par les normes sociétales,que le football féminin sera reconnu à sa juste valeur, et que ces clichés s’effaceront.

Le Football est un sport fait pour tout le monde, peu importe l’âge (mon grand- père a joué jusqu’à 73 ans), le sexe, la classe sociale, l’origine, c’est un très beau sport, un langage universel malheureusement tâché par les intérêts économiques et le sexisme.

Melissa remercie Anna Dettrakis pour avoir répondu aux questions et lui souhaite à elle et sa dream team une bonne chance pour le Crit !

Loane Watrelot

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s