Les All’Blaix : entre placages et tendresse

A travers sa nouvelle rubrique, Sport’actu, ta chère Mélissa te permet, toi petit iepien(ne), de vivre, revivre ou simplement découvrir les belles équipes sportives de notre bonne maison, leur moments forts mais aussi et surtout leur état d’esprit avant le CRIT 2017.

En ce vendredi brumeux post « Jungle’s Fire », la dévouée Mélissa est parti à la rencontre des féroces, des sauvages All’Blaix, l’équipe féminine de Sciences Po Aix. Les deux manitous de l’équipe, Léa Salavert et Solène Michel ont accepté de répondre à quelques questions.

Passionné de boue et de placages, chausse tes crampons Mélissa t’embarque dans l’univers des All’Blaix !

Petit briefing pour les retardataires, les All’Blaix sont l’équipe de rugby féminine de SPX, elles pratiquent le rugby à 7, ce qui implique d’avoir une équipe d’au moins 14 filles par match et entraînement ! Solene Michel les décrit comme « Des filles qui se castagnent dans la boue ça existe vraiment et ça se passe chez nous. Plus vaillantes que les primates, plus fines que les pompoms grenobloises, les All Blaix ne cessent d’intriguer. Hormis être des adeptes des pompes et des squats, notre équipe c’est aussi une grosse ambiance mi-beauf photo article rugbymi-girly.».

Si tu veux avoir une chance de
les apercevoir, sachent que les All’blaix s’entraînent deux fois par semaine au stade Carcassonne avec leur coach Benoît, qu’il pleuve, qu’il vente ou qu’il neige.

Après cette brève présentation, entrons dans le vif du sujet… Les manitous vous dévoilent à présent les moments forts, les forces et faiblesses de leur équipe tout en dressant un bilan de leur saison !

-Saport’actu : Par rapport à l’ambiance, la cohésion du groupe, que pourriez-vous nous dire ?

All’Blaix : Le rugby est un sport difficile, qui demande un énorme investissement, et pas seulement physique. Devoir s’entraîner sous la pluie ou par des températures négatives, tard le soir, ça renforce clairement les liens entre les filles. Concernant l’esprit d’équipe, la tradition du rugby a été respectée et donc fait beaucoup d’apéros entre nous. Ça nous a permis d’intégrer les nouvelles joueuses et d’encore plus renforcer notre cohésion, et donc d’assurer une très bonne ambiance. Parfois plus téméraires au comptoir que sur le terrain, cette année on ressort du grand All’blaix comme on en avait pas eu depuis longtemps !

-Saport’actu : Quelles sont, selon vous, les forces et faiblesses de votre équipe ?

All’Blaix : La force de l’équipe ? Il y a d’excellentes joueuses, individuellement parlant, avec des très bons atouts, que ce soit physique ou technique. Mais plus important encore, aucune fille n’a peur d’aller au contact, d’aller plaquer mais aussi d’être plaquée. Elles sont toutes enragées et se montrent mauvaises sur le terrain, parce qu’elles veulent gagner, et ça on aime !

En revanche, si nous devions leur trouver une faiblesse, un défaut plutôt, ce serait de manquer parfois de concentration et d’attention sur le terrain !

-Saport’actu : En quelques mots, pourriez-vous nous dresser un petit bilan de votre saison riche en placage ?

All’Blaix : Cette année on vous avoue avoir mis un peu de temps à se mettre dans le bain! Avec un démarrage sans coach, ce fut difficile, avec peu d’anciennes pour transmettre les bases et la motivation ! Peu importe, la cohésion s’est rapidement installée au fil des apéros:) !

Concernant notre bilan, il faut d’abord noter que c’est assez compliqué d’obtenir des tournois et des matchs, effectivement le rugby féminin universitaire n’a pas de championnat, contrairement à tous les autres sports co… Nous avons donc joué deux fois seulement contre nos voisines de terrain, dont l’équipe de la paroisse (on trouve des adversaires où on peut hein). La première fois, en novembre, s’est soldée par une défaite. Mais la seconde fois, en janvier, nous avons gagné, ce qui a représenté un tournant important pour l’équipe. Les filles ont compris qu’elles en étaient capables, que leurs efforts payaient, ce qui nous mettait toutes en confiance pour le Pré-Crit. En effet, lors de notre match contre Lyon, nous nous sommes battues jusqu’en prolongations pour arracher une victoire très méritée. Puis, contre Grenoble, ennemis héréditaires, nous avons perdus, sans abandonner à un seul moment ! La fatigue et nos lacunes défensives ont raison de nous. Malgré tout, les All blaix, fidèles à leur réputation, montrent qu’elles ont la hargne sur le terrain et qu’elles savent créer la surprise.

-Saport’actu : Quel est votre « état d’esprit » avant le CRIT, y a t-il encore des progrès à faire ?

All’Blaix : Au CRIT nous jouerons les mêmes équipes qu’au Pré-CRIT, donc Lyon et Grenoble. C’est un certain avantage, car nous connaissons leur niveau et avons pu les tester en février. Par contre elles ont une dent contre nous… En tout cas, on ne s’inquiète absolument pas pour les filles : une fois sur le terrain, elles savent toutes ce qu’elles ont à faire. Elles sont surmotivées ! Tout ce qui compte c’est ce qui se passe sur le terrain au final. On est bien décidées à remettre une raclée aux lyonnaises comme elles le méritent et faire nos preuves contre Grenoble. Bien sûr on ne va pas se mentir on a encore des progrès à faire notamment sur le plan défensif et au niveau de la communication sur terrain. Cependant, on a mis les bouchées doubles ce dernier mois à l’aide du fameux Jeff : notre coach sportif spécial physique. On a aussi eu notre dose de petites révélations : Diane la flèche, Elsa la casseuse de meuf, Mumu et ses doubles placages, le retour de notre Marie nationale… On compte donc sur les progrès de chacune pour triompher. De toute façon, on est déjà super fière du niveau qu’on a atteint étant donné qu’on partait de zéro. Dans tous les cas un CRIT ça se vit en équipe et vu celle là, d’équipe, ça promet.

-Saport’actu : Et par rapport à l’année prochaine comment voyez vous l’avenir de l’équipe ?

All’Blaix : Concernant l’année prochaine, nous espérons sincèrement que les 1A qui étaient avec nous cette année reprendront l’équipe. C’est important, car le rugby féminin Aixois crée toujours la surprise lors des tournois, et il faut continuer à entretenir cette motivation. Il y a aussi du lourd qui revient de 3A donc ça ne peut que filer. Et qui sait, sur un malentendu, quelques 5A peuvent s’éterniser. Concernant les manitous, il est encore trop tôt pour décider. Évidemment des personnalités ressortent mais on attend aussi de voir des attitudes au CRIT pour être fixées.

Merci pour toutes ces informations et confessions les All’blaix ! Saport’actu vous apporte son soutient, may the CRIT be with you !

La bise de Mélissa,

Elhia PASCAL-HEILMANN.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s