Controverses n°1: Pourquoi dire non au Frexit ?

La Grande-Bretagne, on le sait, a toujours été la plus mal lotie dans l’UE. Nous aurions envie de dire que ses dirigeants ont fait preuve d’un grand courage en osant défier l’Europe. Désormais, ce pays est indépendant et seul souverain de ses terres. Toutefois, en se penchant sur son cas, quelques incompréhensions surgissent.

La Grande-Bretagne a toujours bénéficié des mêmes avantages que nous autres pays européens, notamment au sujet des subventions multiples que l’UE distribue aux pays membres. Bien évidemment, pour toucher ces avantages, tous les pays, Grande-Bretagne comprise, doivent payer des taxes. Eh non, depuis que la fougueuse Thatcher a hurlé « I want my money back », la Grande-Bretagne s’est vu octroyer un traitement de faveur lui donnant le droit de payer moins. Mais comme si cela ne suffisait pas, voilà que de nouveau les porteurs du Brexit avançaient l’argument de la perte d’argent considérable qui leur pendait au nez s’ils restaient un jour de plus dans l’UE. Bien entendu, l’argument économique n’était pas le seul,l’éloignement des élus européens, le détachement des décisions, etc… en faisaient partie. Néanmoins cet argument reste le plus intéressant car rempli de contradictions, et évidemment le plus lourd de conséquences. De plus, n’oublions pas que cette décision ne s’est pas faite dans un bureau sombre entouré de politicards sans cœurs. Non, un référendum a été organisé, arsenal incontestable de la démocratie. En effet, qui serait assez odieux pour critiquer le résultat de l’avis de la population ? Pas besoin de critiquer la méthode, les résultats suffisent. Tout d’abord, un « conflit de génération » semble flagrant. En effet, plus la tranche d’âge est élevée et plus les votes en faveur du Brexit sont nombreux et inversement. Par exemple 50% des 65 ans et plus ont voté oui contre 10% pour les 18-24 ans. Bien que chez les jeunes l’abstention ait été plus forte, les résultats montrent un désaccord flagrant entre les générations. De plus, si cette opposition s’arrêtait aux tranches d’âge l’affaire ne serait pas si dérangeante. En effet, un faussé s’est creusé entre les villes et les campagnes, à savoir que les campagnes ont voté massivement en faveur du Brexit à l’inverse des villes. Et enfin, l’opposition la plus connue est celle entre l’Angleterre et l’Ecosse qui ont eu des résultats opposés à ce référendum, poussant cette dernière à de nouvelles velléités d’indépendances. Ainsi, ce référendum établi dans le but de rendre sa souveraineté à la Grande-Bretagne, a en réalité divisé le pays. Cette division a néanmoins un sens, notamment quand on s’intéresse à ce qu’est devenu la GB après cette décision. En effet, dès le lendemain le cours de la Livre s’est effondré et un certain nombre d’investisseurs étrangers se sont retrouvés refroidis. La santé économique du pays s’en est retrouvée largement touchée, et cela ne s’arrête pas là. Comme on le sait, la GB en tant que pays de l’UE touchait un certain nombre de subventions, notamment dans la recherche l’Ecosse qui ont eu des résultats opposés à ce référendum, poussant cette dernière à de nouvelles velléités d’indépendances. Ainsi, ce référendum établi dans le but de rendre sa souveraineté à la Grande-Bretagne, a en réalité divisé le pays.

Cette division a néanmoins un sens, notamment quand on s’intéresse à ce qu’est devenu la GB après cette décision. En effet, dès le lendemain le cours de la Livre s’est effondré et un certain nombre d’investisseurs étrangers se sont retrouvés refroidis. La santé économique du pays s’en est retrouvée largement touchée, et cela ne s’arrête pas là. Comme on le sait, la GB en tant que pays de l’UE touchait un certain nombre de subventions, notamment dans la recherche ou encore l’agriculture, subventions qu’elle devra compenser de sa poche. On pourrait se dire qu’avec les gigantesques économies que le pays a fait en ne payant plus toutes ses taxes à l’UE, ces frais seraient facilement recouvrables. Mais non, le gouvernement annonce que des choix devront être faits, étant donné qu’il ne peut se permettre de donner autant que ce qui était donné avant. Encore raté. D’un autre côté on ne peut nier que la situation, depuis quelques semaines tend à s’améliorer, vague de marasme pour passer à la lumière ensuite ? vite dit quand l’on sait quel rôle a joué la City dans cette affaire, notamment en sachant que cette instance est une sorte de pays dans le pays. Si l’on ose faire le raccourcit on pourrait même dire quand sans cette City, la Grande-Bretagne ne serait peut-être pas relevée de la sorte.

Passons à notre cas. Ayant jeté un œil à la situation de la Grande-Bretagne, nos charmants populistes se sont vu pousser des ailes en nous annonçant que nous devrions faire de même. En regardant d’un peu plus près,  la situation semble quelque peu différente. Tout d’abord, nous n’avons pas de paradis fiscal capable de nous relever en cas de chute au sein de notre propre pays. De plus, en provoquant un Frexit, nous oublions que nous ne sommes pas seulement membre de l’UE mais aussi de la zone Euro, chose que la Grande-Bretagne avait évité. Nous devrions donc changer de monnaie, sans être experts en économie, sommes-nous assez naïf pour croire à des promesses nous indiquant que notre nouvelle monnaie aura la valeur de l’Euro ? Il semble évident que non, à moins d’avoir d’immenses richesses cachées, donc de racheter le Qatar, et encore. Donc, nous nous retrouvions avec une monnaie qui ne vaut rien, privé des aides européennes (et donc de la BCE), et privé d’alliés commerciaux. Cela ferait beaucoup d’un coup, surtout pour un pays pesant autant sur le commerce mondial. Vous me direz qu’il ne faut pas pense qu’économie, je vous répondrai d’aller voir au Bhoutan si avoir créé le BNB leur a permis de se développer.

Par Nastassia Casteuble

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s