« Pour résister : la démocratie face aux extrémismes »: oui, c’est bien la minute culturelle.

L’amphi te saoule mais, de nature curieuse, tu voudrais continuer à t’instruire tout en te divertissant autrement qu’en regardant Money Drop ou La villa des coeurs brisés (Je ne vise personne, même Loulou Labarrière) ?

Alors, si tu es passionné par l’histoire, ou si tu as simplement envie de découvrir de nouveaux horizons, le colloque organisé par le Camp des Milles peut, peut-être, t’intéresser ! Petit 1A qui stresse pour les partiels qui arrivent mais qui, en même temps, en a marre du « Manuel de l’histoire de l’Europe milieu XIXe milieu XXe » (c’est le dilemme, tu es team #WBO ou plutôt team #Pouget ?), la balade s’ancre parfaitement dans le programme d’histoire puisqu’elle permet d’avoir un regard ‘neuf’ sur la déportation des juifs mais aussi des Tutsis qui a eu lieu pendant la Seconde Guerre Mondiale. Ainsi, mercredi 22 et jeudi 23 mars, le site-mémorial du camp des Milles organise 2 journées portes ouvertes.

Au programme : visites guidées à 14h et à 16h pour le mercredi et à 9h – pour les plus matinaux – le jeudi. Entièrement gratuites, elles donnent ensuite accès à une conférence–débat le jeudi après-midi sur le thème « Pour résister : la démocratie face aux extrémismes », voilà de quoi enrichir sa copie d’histoire et sa culture générale avec, d’autant plus, de grands intervenants comme Elsa CHARBIT, Rostane MEDHI, Alain CHOURAQUI et Michel WIEVIORKA.

 « Ok, mais c koi le camp d’Emile ? ».

Alors en fait, le camp des Milles*, c’est le seul grand camp français d’internement et de déportation de la Seconde Guerre Mondiale. Il a ensuite été transformé en un musée d’Histoire et des Sciences de l’Homme, musée d’idées et de réflexion. Classé comme monument Historique à la chaire de l’UNESCO, il présente une histoire assez singulière et inédite puisque, d’un lieu de travail ordinaire, il bascule en 1939 pour devenir en 1942 un « Vel d’Hiv du sud » avant même l’occupation allemande de la zone sud. Une de ses caractéristiques réside dans la diversité d’artistes et intellectuels qui y furent internés et qui résistèrent par l’esprit, l’art et la création aux tentatives de déshumanisation et aux persécutions dont ils faisaient face. Peinture et dessin, littérature, musique, théâtre, sculpture mais aussi architectes, professeurs d’université, médecins, avocats, journalistes ou encore députés allemands, autrichiens, italiens ont défilé. Toutes les disciplines sont donc concernées, de quoi avoir un panorama de visions différentes sur cette période sombre de notre Histoire.

Le colloque peut donc être l’occasion de sortir de l’ambiance des cours tout en s’enrichissant avant le CRIT.. Bonne visite !

Mathilde Lahor

Plus d’informations sur le site: campdesmilles.org
Vous pouvez également contacter:

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s