Jambo Jambo : bienvenue au Kenya !

En ce mercredi, nous vous retrouvons encore pour notre journée des Aixpats! Aujourd’hui nous vous proposons un voyage inattendu en Afrique. En effet, Marie-Charlotte Varennes nous fait découvrir le Kenya. Notre aixpat a décidé d’y passer son semestre pour effectuer un stage à la mission de défense de l’ambassade. Dans cet article elle présente la ville avec ses coutumes et ses beaux paysages. Bonne lecture et bon voyage !

Jade Iafrate

« Si les oreilles permettent d’entendre, nul doute que dès mon arrivée à l’aéroport de Nairobi, j’ai été surprise par le brouhaha vocal provoqué par la foule attendant les passagers. Hurlant, gesticulant, se bousculant et brandissant les habituelles pancartes nominatives, chacun cherche son ou ses arrivants….parfois désespérément.

Petite française disciplinée, je me souviens qu’il a fallu m’imposer pour récupérer ma valise et trouver l’adjoint de l’attaché militaire de l’ambassade de France. J’avais choisi de faire un stage à la mission de défense de l’ambassade, dans une région du monde où il y a de « l’actualité » dans le domaine de la sûreté.

Dès ma sortie de l’aéroport je sens déjà une odeur particulière, peut-être la savane ?

Je suis arrivée dans mon nouvel appartement que j’allais partager avec trois colocataires, un Américain, un Anglais, et un Espagnol. Le Kenya n’est pas un pays spécialement sûr, les expats vivent principalement dans des résidences ou des compounds surveillés. Je vivais donc moi aussi dans une de ses résidences avec des gardes.

Nairobi est une des plus grandes jeunes capitales du monde (100 ans environ). Celle-ci n’en finit pas de s’agrandir avec des buildings et des gratte-ciel dans son centre-ville. On y trouve énormément de représentations diplomatiques et le troisième siège des Nations Unies ! Dès l’arrivée des colons britanniques, ces derniers ont été bien inspirés à en faire une agglomération aérée avec beaucoup de verdure, de parcs et de jardins. En plein Nairobi se trouve un parc national d’où s’échappent quelques fois des animaux, qui sont en pleine liberté. Malheureusement, il y a beaucoup de pollution à cause de la circulation intense. Nairobi « possède » également le plus grand bidonville d’Afrique.

Le Kenya a des problèmes de sécurité, frontalier de la Somalie, le pays est souvent victimes d’attentat de la part du groupe terroriste Al-Shabab, et connaît un taux élevé de criminalité.

Il m’avait donc été fortement déconseillé de trop m’attarder dans les lieux publics pour des questions évidentes de sécurité. En effet les consignes étaient très claires: «tu es une fille, blonde, blanche, française, tu ne passes donc pas inaperçue…». Il me fallait être vigilante quand je sortais, j’ai du abandonner les bijoux pour à la place … une couronne Masaï. Dans la rue, je sentais peser sur moi les regards mais j’ai fini par m’y habituer tout comme la fouille avant d’entrée dans chaque lieu public. Cela étant les Kényans sont dans l’ensemble souriants et gentils. Pour me déplacer, il était préférable de prendre un taxi que de se déplacer à pieds, il existe même des Uber à Nairobi ! Pour ma part je prenais le « boda-boda », une taxi moto avec un chauffeur « attitré » avec qui je parlais quelques mots de swahili. C’est le moyen le plus rapide pour se déplacer car la ville est constamment embouteillée, et on peut rester dans un bouchon pendant plus d’une heure sans avancer.

Pour vivre à Nairobi, il faut aussi s’habituer aux nombreuses pannes de courant et d’eau chaude notamment durant la saison des pluies et savoir lire à la bougie !

Côté cuisine, c’est toujours important pour un Français à l’étranger d’y trouver rapidement ses marques.

La cuisine kenyane n’est pas légère; c’est tout le contraire, peu variée  et très riche en légumes, elle est consistante et fortifiante et on trouve très facilement des petits restaurants un peu partout où l’on consomme «sur le pouce» ou plutôt avec les doigts…. des ragoûts de haricots agrémentés de quelques morceaux de viande, «nyama choma» (viande grillée devenue le plat national) à base de morceaux de chèvre accompagnés de «matoke» de maïs et de bananes, l’ «ugali», autre plat coutumier des Kényans, sorte de porridge de maïs concassé et sans aucun goût. On trouve aussi beaucoup de restaurants indiens.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Enfin un séjour au Kenya ne pourrait être concret sans les indispensables safaris qui font rêver. J’ai eu la chance de pouvoir en faire plusieurs dont le plus connu Masaï Mara ou encore Amboseli d’où on peut voir le Kilimandjaro. Même si le transport à chaque fois est assez long ( 6 heures à l’aller et 6 heures au retour) sur des routes ou des pistes en très mauvais état, c’est tellement beau et il ne faut pas hésiter ! J’ai pu voir tous les animaux, lions, girafes, guépards, éléphants, hippopotames, léopards, et … « Timon et Pumbaa ».

Pour finir comme dit le proverbe kenyan « Si le babouin pouvait voir son derrière, il rirait aussi ».

Marie-Charlotte Varennes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s