Aixpériences photographiques

Il n’y a pas que Sciences Po Hertz qui reçoit des invités aixceptionnels! Dans le cadre du projet « Des Rives », Sciences Po Aix et son club photo accueillent Valérie Jouve ce jeudi 9 février. Mais que vient donc faire une photographe dans un Institut d’Etudes Politiques ? Mélissa, guidée par Alice Hermet, sort son appareil pour vous dresser un portrait de cet événement.

« Des Rives » est un cycle de formations et de rencontres organisées autour de la photographie par une équipe de professionnels de renommée internationale venant des deux rives de la Méditerranée. Commencé le 1er octobre 2016, le projet traverse la Provence, du MuCEM à Arles avant de poser son trépied à Aix, l’objectif orienté vers la rue de Saporta. C’est la photographe française Valérie Jouve qui animera la soirée autour du thème « Corps en résistance ». Cette stéphanoise de cinquante-deux ans, faite Chevalier des Arts et des Lettres en 2011, est une figure respectée et reconnue dans le monde de la photo. Alice présente son travail comme « une interaction du corps sur l’espace, espace ayant également une interaction sur le corps ». L’aspect social est également prégnant dans son œuvre, ce qui peut notamment s’expliquer par les études d’anthropologies qu’elle a menées durant sa jeunesse, ce qui se traduit par la présence du corps, et l’action de celui-ci dans l’environnement. Enfin, elle est également réalisatrice de film, et développe son travail « notamment sur le bassin méditerranéen, d’où son implication dans le projet » ajoute Alice, ce qui a notamment conduit la photographe de la Palestine à Grand Littoral (le centre commercial phocéen).

phpthumb_generated_thumbnail

« Sans titre » (Les personnages avec Dominique Montembault) 2001-2009, prise par Valérie Jouve

 

En venant rencontrer Anna Dretakis, Nejma Zegaoula et Alice Hermet, ce jeudi en notre Bonne Maison, Valérie Jouve entend poursuivre sa volonté d’émancipation des règles classiques de la photo, qui plus est dans ce cadre volontiers policé : « ses photos sont très complexes et ne sont pas dans la lignée des codes de l’art traditionnel » explique Alice. Mais nos photographes en herbe entendent bien adapter la rencontre à l’environnement dans lequel celle-ci se tiendra, nous allons essayé de donner une dimension critique et politique à la rencontre. Le but est d’interroger Valérie sur son travail, notamment grâce à la présence de Yann Tostain, lui aussi photographe reconnu et chargé des entretiens ainsi que de la coordination des supports éditoriaux du projet. » Plus encore, les étudiantes comptent orienter leurs questions vers « l’aspect politique, social et militant de la photographie ». Faire bouger les lignes, tel semble l’objectif affiché le temps d’un soir, avec pourquoi pas des perspectives à l’issue de cette rencontre et, entre deux flashs, des réponses aux questions de nos jeunes photographes. Alice attend ce jour avec impatience : « nous avons hâte de la questionner, notamment dans le cadre de ses photos, le titre de l’exposition, « Corps en résistance », éveille tout de suite de nombreuses interrogations

Melissa leur souhaite un agréable et riche moment et vous tiendra informé de rencontre qui s’annonce alléchante pour tout(e) passionné(e) de photographie.

Si vous souhaitez découvrir le travail de Valérie Jouve, voici son site internet: http://www.valeriejouve.com

Thibaut Keutchayan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s