De Sciences Po aux sciences dures.

A l’occasion de sa conférence de presse pour la nouvelle année, le directeur de notre bonne Maison, Monsieur Rostane Medhi, a tenu à préciser et apporter un complément d’informations sur le partenariat noué avec Centrale Marseille. Très théorique, ces déclarations ont été enrichies au contact de Marie Simplex, une des iepiennes que Mélissa a rencontrées ayant choisi de faire partie de ce cursus.

Cette année, Sciences Po Aix inaugure son premier cursus orienté vers la culture scientifique. Concrètement, les actuels 2A intéressés par ce master devront commencer par suivre un rattrapage en sciences ce semestre à raison de trois heures par vendredi. Il est notamment question de « maths et de principes fondamentaux de physique, par exemple la mécanique » nous précise Marie. Ensuite, leur second semestre de 3A se déroulera au sein de l’école Centrale phocéenne pour y poursuivre la remise à niveau. En effet, dès la 4ème année, les « 7 à 8 étudiants » selon notre directeur qui ont choisi ce parcours iront en cours avec les centraliens. Dans le sens inverse, les étudiants de cette école d’ingénieur pourront, via le concours d’entrée en 4A, intégrer Sciences Po et suivre un double cursus avec les deux diplômes à la clef. Bien évidemment, il n’est pas question de faire des iepiens « des ingénieurs », mais à raison de « centaines d’heures d’enseignement », leur permettre de suivre les mêmes cours que les centralien(ne)s et d’obtenir un diplôme de culture scientifique.

Une idée qui peut sembler farfelue au premier apport : au mieux, nos actuels 2A n’ont plus suivi de cours en sciences depuis la terminale. Pour autant un tel parcours contient de nombreux avantages : « les cours à Centrale touchent à des thèmes qui nous concernent tous et c’est en plus un élargissement des champs de réflexion » nous confie Marie. Plus encore, si les cours de Sciences Po demeurent fréquemment très théoriques, ceux dispensés à l’école d’ingénieur pourraient offrir des applications concrètes tout en « sensibilisant les étudiants à un certain nombre d’enjeux scientifiques comme le numérique, ou encore la production énergétique » se réjouit Marie. Enfin, la possibilité d’être en contact avec des ingénieurs et comprendre leur travail, ses contraintes ou encore le vocabulaire spécifique à la profession sont autant d’intérêts supplémentaires pour la formation.

Melissa croit savoir que ce partenariat avec Centrale ne devrait pas s’arrêter en si bon chemin, surtout une fois que les pionniers iepiens auront obtenu le précieux sésame. En effet, le projet à terme serait de porter un master commun entre les deux écoles spécialisé dans les enjeux de la décision, au sein d’un monde toujours plus complexe.

Thibaut Keutchayan

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s