Jeudi des Master #1 : Expertise internationale

A partir de cette semaine, Saport’actu vous présentera un master par semaine à travers le témoignage d’un quatrième année. Cette semaine c’est le master expertise internationale qui sera dans le viseur. Avec une soixantaine d’élèves inscrits c’est le master le plus couru de l’IEP, pourtant son contenu est remis en question avec la réforme des masters à venir. David Lolo, le coordinateur du master nous en dit un peu plus sur le contenu actuel de ce parcours

Saport’actu : Pourquoi avoir choisi le master expertise international ? Est-ce que celui-ci répond à tes attentes ? 

David Lolo : J’ai choisi ce master parce qu’il propose des cours en lien avec mes intérêts et mon projet professionnel. En l’occurrence, j’ai un penchant pour l’économie et c’est le Master, dirigé par M. Cartapanis d’ailleurs, qui est le plus en lien avec ce domaine. De manière plus générale, je suis intéressé par le travail en entreprise et l’international, donc je n’ai pas hésité longtemps sur le choix du Master.
Je suis globalement satisfait par ce Master. Les cours sont pour la plupart intéressants. Un point sans doute à souligner : le Master 1, notamment au premier semestre, reste relativement généraliste dans la mesure où il propose des cours de droit, d’histoire, d’économie, de politique. La pluridisciplinarité est la signature de notre cursus.

SA : Comment décrirais-tu la quantité de travail et le nombre d’heures de cours ? 

DL : Je commence par le nombre d’heures : aux alentours de 34 heures par semaine environ. C’est beaucoup. Je ne pense pas que cela ne concerne que le Master Expertise internationale.
Personnellement, j’ai réalisé ma 3A en université anglaise, et c’était assez difficile de passer de 8 heures de cours par semaine à un rythme beaucoup plus accéléré disons.
J’enchaîne avec la quantité de travail : on doit travailler le Mémoire de façon continue toute l’année, et on a également le Grand Oral à préparer, et enfin travailler les TD et être à jour avec les cours magistraux toutes les semaines. Et il y a aussi une échéance pour les quelques dossiers à rendre. Je pense globalement qu’il y a une déconnexion entre le nombre d’heures et la quantité de travail qui est demandée, dans le sens où l’on doit assister aux amphithéâtres, qui sont nombreux, tout en assurant une certaine assiduité au niveau du travail demandé. C’est un avis qui ressort souvent.

SA : Vers quels débouchés concrets penses-tu que ce master va te mener? 

DL : Malgré un volume de travail relativement dense, les matières sont très diverses et on apprend beaucoup de choses sur beaucoup de domaines. Donc il n’existe pas un seul débouché dans ce Master, mais de nombreuses possibilités. Cette flexibilité est un énorme atout je pense car elle permet aux étudiants de mûrir leur projet professionnel avant de rentrer dans le milieu du travail. Concernant les débouchés, énormément d’opportunités dans le monde de l’entreprise et ce qui gravite autour : managers d’équipe, gestion de projets, études et analyse de marchés, mais aussi conseil aux entreprises. Le domaine des relations internationales ressort également beaucoup. On peut par exemple prétendre à travailler dans des institutions internationales et dans des organismes diplomatiques et consulaires.

SA : Quelle est la différence entre les deux parcours proposés : « entreprises et marchés internationaux » et « politiques internationales appliquées » ? 

DL : Le parcours « affaires internationales » offre des cours d’économie et de finance d’entreprise et de marché, et des cours touchant de près ou de loin aux stratégies des entreprises dans un contexte international.
Le parcours « relations internationales » est davantage axé sur les territoires et les régions du monde et sur les politiques mises en place par les pays ou même par les collectivités territoriales. Un cours d’économie au choix est également proposé.
Les deux parcours ont des séminaires de méthodologie différentes. En « affaires internationales », il y a par exemple une simulation de jeu d’entreprise ce semestre.
Toutefois, les deux parcours suivent deux cours obligatoires en commun issus du tronc « RI », d’où sous doute l’appellation « pré-spécialisation » en 4A.

SA : Sais-tu s’il y aura des changements pour les années à venir dans ce master?

DL : Je pourrais éventuellement collecter des avis et les faire remonter mais à ce jour je ne pense pas qu’il y ait des changements prévus pour ce Master en particulier.

SA : Quelles sont les possibilités pour la 5A : continuer en alternance, faire une cinquième année de mobilité… ? Quel sera ton choix et pourquoi ?

DL : Le parcours « affaires internationales » du Master, à côté de la version « normale » disons, est proposé en 5A en alternance à un rythme différé : 2 semaines à l’IEP / 2 semaines en entreprise de septembre à novembre, puis 1 semaine à l’IEP / 3 semaine en entreprise jusqu’à septembre. C’est vraiment un gros atout parce que l’alternance permet de s’ouvrir au monde de l’entreprise tout en gardant un contact avec l’IEP et donc avoir encore du contenu pédagogique. Ce parcours en alternance accueille une quinzaine d’étudiants et les entreprises confient aux étudiants de vraies tâches et de vraies responsabilités, en plus d’une rémunération. CMA-CGM fait partie des grands noms qui recrutent auprès de l’IEP.

On a la chance d’être dans un IEP très libéral au niveau des mobilités, on peut choisir de réaliser la 5A en mobilité si on le souhaite ; c’est mon cas. Dans la mesure où je souhaite me spécialiser en économie, j’ai trouvé plus judicieux de m’orienter vers des M2 d’autres universités, avec une dominante en économie. Ce serait aussi un moyen de me familiariser à nouveau avec les chiffres et d’acquérir des connaissances en statistiques. Je me penche personnellement sur les universités parisiennes.

Propos recueillis par Noémie Peycelon

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s