Faire un double cursus Science Po/Droit: pourquoi cette torture?

Cher iepien, j’imagine très facilement ta tête à la lecture du titre. Et oui, tu te demandes, peut être, si l’on peut citer cet exemple dans une dissertation de culture générale sur le sadomasochisme, ou encore, s’il y a réellement des êtres humains qui trouvent la foi d’opter pour cette option. Et bien, saches que oui!

Chaque année, des étudiants se lancent dans des doubles cursus à Science Po Aix. Certains le font dans le but de découvrir un domaine en particulier afin de se spécialiser, d’autres pour terminer leur licence préalablement entamée avec une année de postbac.

Ici, je vais vous présenter le double cursus avec la faculté de droit et ses potentielles avancées.

Un double cursus: pourquoi? 

Pour tout ceux qui se le demandent: oui le double cursus est un atout considérable. Bien que notre belle maison nous prodigue un très beau diplôme, il est toujours bénéfique de l’agrémenter. Le droit permet d’ouvrir des champs plus larges de carrières professionnels car la licence permet d’acquérir des notions assez générales et utiles. Mais attention, ce n’est pas quelque chose de simple à mener. Afin de mêler les deux cursus dans votre vie professionnelle, il est préférable de s’orienter vers du droit public. Parmi les diverses perspectives professionnelles, si vous êtes plus attiré(e)  par la création d’entreprise, avoir des notions en droit est un atout. A cela, il faut ajouter qu’une préparation au concours de la Magistrature (ENM) sera bien plus facilement envisageable avec ce type de cursus.

Un partenariat en devenir ? 

Cette possibilité a notamment été offerte par Science Po Paris avec l’université de Nancy. Ce cursus est intégré directement dans la formation des élèves. Pour la première année, cela revient à rajouter 7h30 en plus de cours par semaine. Sur Aix, étant donné qu’il n’y a pas d’aménagement, cela revient à 24h en plus. Comme c’est impossible à effectuer, les aixois récupèrent des cours et suivent seulement les matières obligatoires (TD). Cela revient à 3h en première année et 4h30 en deuxième année. Mais, c’est clairement un handicap dans l’apprentissage.

Ainsi, depuis quelques années, l’idée d’un partenariat émerge entre notre maison et la faculté de droit. Or cela n’est pas encore concrétisé.

Jean Victor Roux, membre du Conseil Administratif de Science Po Aix jusqu’en novembre 2016, a accepté de répondre à nos questions afin de mieux comprendre ce projet de partenariat.

« Nous nous sommes entendus sur le principe de dispense des TD communs et du principe de matière validée dans l’un des établissements qui n’a pas à l’être dans l’autre. » Jean Victor Roux

  • Dans quelle circonstances as tu participé au projet de monter un partenariat entre Science Po et la faculté de droit ? 

Jean Victor Roux: « Nous avions abordé le sujet de la facilitation du double cursus pendant la campagne. Suite à mon élection (novembre 2015), je me suis attaché à organiser une réunion entre William Bénessiano, que je connaissais par ailleurs, et Franck Biglione afin de déterminer les modalités de rapprochement. Nous nous sommes entendus sur le principe de dispense des TD* communs et du principe de matière validée dans l’un des établissements qui n’a pas à l’être dans l’autre. Sachant que la mise en place est prévue à moyen-terme. »

*Le principe de dispense des TD permet de transférer la validation d’une matière d’un établissement sur le relevé de l’autre établissement.

Est ce que l’on peut considérer, sur le long terme, que cela reviendrait à admettre un partenariat tel qu’il est établi à Science Po Paris avec l’université de Nancy ? 

Jean Victor Roux: « Je pense qu’on va y venir petit à petit même si le double-cursus ne sont pas aussi formalisés. Il existe également l’idée de créer, en parallèle, un certificat destiné aux juristes, qui comprendrait des matières propres à l’IEP type Culture générale, et, leur permettrait notamment de préparer le concours d’entrée en 4A (Avec pourquoi pas quelques places réservées à ce concours pour les élèves de ce certificat). Enfin, je crois qu’il y a une volonté de rapprochement entre fac et IEP sur les prépas concours. »

Est ce tu penses, en connaissant les grandes rivalités entretenues notamment par l’Académie de droit, que la faculté de droit est prête à s’associer à Science Po ?

Jean Victor Roux: « Je pense que chacune des parties est consciente de la nécessité de travailler ensemble. »

Dernière question, pourquoi as tu appuyé le partenariat avec la faculté de droit et pas avec un autre domaine ?

Jean Victor Roux: « Les deux cursus sont ceux qui me semblent le plus proches. Il y a beaucoup de matières communes. Le fait que l’IEP mette l’accent sur le droit serait un avantage comparatif. On peine à trouver aujourd’hui. Par exemple, Lille a un avantage comparatif avec le domaine du journalisme. Après, l’idéal serait de pouvoir finaliser d’autres double-cursus, comme avec l’histoire par exemple, ce qui sera sans doute plus long. »

Ainsi, comme vous avez pu le lire, un partenariat plutôt concret semble se dessiner. Il permettra d’aménager d’une meilleure façon le double cursus. Néanmoins, il bénéficiera seulement aux prochaines générations. En revanche, il existe des solutions, sans convenir à un partenariat concret, qui permettraient de faciliter la vie des « bicus ».

5 petites idées pour améliorer la situation des « bicus »: 

  • Faciliter les inscriptions en double cursus avec la faculté de droit: opter pour un système d’inscription groupé: 

Il y a un petit groupe de 4 étudiants, composés de première et de deuxième années, inscrit en présentiel cette année ( cela signifie qu’ils sont soumis au même régime qu’un étudiant lambda de la faculté). Or, pour pouvoir s’inscrire en double cursus, il faut avoir eu l’accord du directeur des études de Science Po, puis de l’assesseur de la faculté de droit. Or, la procédure est longue.

En gros, vous êtes inscrits en octobre. C’est pour cela qu’il faudrait établir des inscriptions groupés qui seraient opérationnelle dès la première semaine de reprise des cours.

  • Aménager un emploi du temps particulier: 

Il serait préférable de laisser aux étudiants la possibilité de choisir réellement leur planning, et non, de se voir imposer les horaires qu’ils restent. Ce choix par dépit s’opère suite aux inscriptions tardives. Il est très difficile de faire coïncider deux emplois du temps. Or, établir une mesure pour ré-équilibrer l’égalité avec les autres étudiants doit vraiment être indexée.

  • Enlever les travaux dirigés de langues en transférant les notes de Science Po:

A partir de la deuxième année à la faculté de droit vous êtes obligés de prendre un TD de langues. Celui ci dure 1h30. En somme, cela n’est pas beaucoup, or, par rapport à votre emploi du temps, c’est lourd! Transférer les notes de Science Po serait réellement super pour les étudiants. En effet, les cours dispensées sont de 2h par semaine à l’IEP. Ils sont également relativement plus riche car les effectifs de classes sont inférieurs. Et, étant donné que les cours de langues ne commencent qu’en deuxième année à la faculté, les étudiants de Science Po, suivent relativement plus d’heures de langues que ceux en droit.

Il faut savoir que cette année grâce à une réunion des assesseurs, cela est désormais possible. Néanmoins, la mesure a été reconnue aux étudiants de cette année. Il s’agit maintenant de voir si elle va être reconduite par la suite.

  • Permettre à ceux qui pratiquent du sport à Science Po ou au CSU de bénéficier automatiquement du bonus sport sur leur moyenne de semestre. 

A la fac, la pratique du sport n’est pas une matière à part en entière, car, elle n’est pas obligatoire. Le fait de le pratiquer peut vous apporter jusqu’à 0,5 points en plus sur votre semestre. Ceci n’est pas négligeable dans le cadre du double cursus. C’est pour cela, qu’il faudrait faire sorte que dès lors que les étudiants pratiquent un sport, il puisse avoir accès à ce bonus.

  • Développer un réel partenariat qui permettrait d’obtenir un système de compensation de certaines UE: 

Beaucoup de matières sont actuellement communes entre Science Po et le droit.

Par exemple: le droit constitutionnel (sachant que notre chargé de Cour Magistraux est également professeur à la faculté d’Aix), l’introduction au droit, le droit administratif, droit de l’UE etc..

Il serait intéressant qu’un partenariat viennent reconnaître la valeur de ces matières afin d’enlever la redondance au cursus.

IAFRATE Jade

22/11/2016

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s